Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 14 Février 2010

Cap sur le dégroupage des offres, un sujet inquiétant pour le travel management



A l’occasion du Business Travel & Meeting Show (salon du déplacement d’affaire et de l’événementiel de Londres) et à l’initiative du BTC (Business Travel Coalition) et ITM (Institute of Travel & Meetings), un groupe de travail nommé ISG (Industry Solution Groupe) s’est réuni autour d’un sujet fort : le dégroupage des offres.



© Air France
© Air France
Le phénomène, induit par les compagnies low-cost puis repris par les compagnies classiques outre atlantique, consiste à fractionner les tarifs en dissociant le prix du billet et un ensemble de services auparavant inclus mais maintenant payants (second bagage, réservation de siège, paiement de la réservation…). Ce dégroupage, qui touche également d’autres opérateurs que les compagnies aériennes, est rarement coordonné entre les différents transporteurs. Il en résulte une complexification des tarifs et surtout une perte de contrôle des dépenses réellement engagées lors d’un déplacement. L’ISG composé de transporteurs, de TMC, de GDS, de SBT, d’acheteurs et de travel manager s’est penché sur le sujet pour tenter de formuler rapidement des propositions de travail.

Premier constat : le dégroupage se présente généralement en 3 phases : dégroupage des offres, ajout de nouveaux services et constitution de packages incluant plusieurs prestations. Aussi, l’ISG fait remarquer qu’avec le dégroupage, la comparaison des offres est dorénavant impossible, les prestations étant différentes. Autre observation, la remontée d’information permettant l’analyse des données voyage est également quasiment impossible (quelle prestation va avec quel billet…). Enfin, le dégroupage rend les négociations complexes : la partie négociable se réduit en peau de chagrin et ne permet pas un travail d’achat et de management des dépenses.

L’ISG demande tout naturellement que des règles soient établies afin de protéger les acheteurs, les travel managers et utilisateurs. L'Association souhaite également établir des standards que ce soit pour la distribution, la réservation, la compilation d’information ou le paiement des prestations. A l’occasion de cette première rencontre, toutes les grandes familles se sont exprimées sur le sujet. Les travel managers et acheteurs remarquent que le dégroupage conduit, entre autres à une plus grande difficulté pour respecter la politique voyage, pratiquement impossible à vérifier, et à une analyse du coût total quasiment impossible (Notion de TCO) à évaluer. Ils soulignent également que le système rend complexe la mise en place d’un «best buy» (achat au meilleur coût) réaliste sans oublier l’absence d’une harmonisation du dégroupage au sein même des alliances.
Les agences comme les fournisseurs de SBT (Systel Booking Tool) se sont inquiétés de l’impossibilité de fournir un reporting répondant aux attentes des clients et de l’absence du formatage des données provenant des transporteurs permettant une intégration électronique des informations. De plus, les TMC s’interrogent sur la possibilité d’intégrer des tarifs multiples, pour une même destination, dans des outils online pré-formatés pour l’utilisateur final.

Le dégroupage représente sans doute un vecteur de croissance phénoménal pour les outils de note de frais en ligne car à ce jour, ce sont bien là les seuls outils qui vont permettre de mesurer la vraie valeur des dépenses liées à un déplacement d’affaire. Mais sa mise en place ne va pas favoriser l’utilisation des nouveaux services. L’ISG n’est pas contre le dégroupage, si celui-ci se fait de façon ordonnée et organisé. C’est cette clarification que s’est promis d’atteindre le groupe de travail qui devrait se réunir plusieurs fois cette année.