Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Concurrence Airbus-Boeing : surenchère sur les plantes vertes


Les deux constructeurs aéronautiques s’intéressent de très près au marché des biocarburants. Leur attention se porte actuellement sur le jatropha, cette plante sud-américaine qui pourrait permettre de limiter les émissions de CO2 des appareils. Boeing publiait ainsi le 31 mars une étude soulignant le «potentiel significatif» d’un biocarburant à base de jatropha. Airbus répliquait dès le lendemain avec l’annonce du premier vol d’un A320 utilisant un biocarburant basé sur la même plante. La guerre du vert continue.



L’étude publiée par Boeing a été réalisée entre 2008 et 2010 par des chercheurs de l’Université de Yale spécialisés dans les études environnementales. Elle montre, selon Boeing, que «Le jatropha cultivée de façon adéquate peut permettre des gains socioéconomiques importants pour l’Amérique latine, et des réductions des émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 60%, en comparaison du carburant classique».
Airbus n’a donc pas tardé à répliquer, via son partenaire mexicain Interjet : «Interjet et Airbus procèdent au premier vol utilisant du biocarburant à base de jatropha au Mexique, avec un A320 d’Airbus», annonce le constructeur dans un communiqué publié vendredi. Le vol doit relier l’aéroport international de Mexico à l’aéroport Angel Albino Corzo de Tuxtla Gutierrez, dans l’état de Chiapas, au sud du Mexique, avec l’un de ses réacteurs utilisant 30 pour cent de biocarburant. Airbus espère ainsi accélérer la commercialisation de biocarburant pour l’aviation au Mexique.
"Ce vol est la preuve que notre secteur prend au sérieux son engagement visant à obtenir une croissance au bilan carbone neutre dès 2020, et une réduction de 50 % des émissions de CO2 d’ici à 2050 par rapport aux niveaux de 2005" a ainsi prévu Paul Nash, en charge des nouvelles énergies chez le constructeur aérien. Airbus n’a pas hésité à surenchérir sur les chiffres publiés la veille par Boeing, en prévoyant une réduction de 80% des émissions de gaz à effet de serre.