Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 2 Février 2011

Conflit entre cockpit et cabine : deux préavis de grèves dès le 4 mars prochain



Les syndicats de pilotes de ligne et de personnel de cabine ont déposé deux préavis de grève liés à la réforme du régime des retraites complémentaires. L’UNAC (Union des navigants Aviation Civile) a déposé un préavis valable depuis le 1er février et prévient que le conflit peut éclater dans les prochains jours. Le SNPL vise lui la période du 4 au 7 mars, un week-end de départ en vacances scolaires.



L'information, relayée mercredi par la Tribune, pourrait toucher les passagers dans les jours à venir, ou (et ?) en période de vacances scolaires, selon la position du gouvernement. Les deux parties entendent faire pencher le rapport de force en leur faveur, en organisant indépendamment deux mouvements de grèves nationaux. La réforme de la Caisse de retraite du personnel navigant (CRPN) attise les tensions : le personnel de cabine revendique le maintien du système actuel, tandis que les pilotes appuient sa réforme. «Pour s’opposer à cette réforme, l’UNAC lance un conflit avec un préavis qui débute aujourd’hui » indique le tract. « Ce conflit peut débuter dans les prochains jours, nous allons en discuter avec les autres syndicats PNC, mais d’ores et déjà nous pouvons annoncer que nous sommes sous préavis».
L’Unac n’aura donc pas tardé à réagir au communiqué publié la veille par le Syndicat National des Pilotes de Lignes (SNPL F ALPA), qui annonçait pour sa part un préavis de grève s’étendant du vendredi 4 mars au lundi 7 mars compris. Les pilotes réclament un engagement gouvernemental, en vue d'une mise en œuvre de la réforme au 1er janvier 2012. «La pérennité [du système de retraite] n’est pas assurée à long terme et l’économie d’une réforme ne peut être envisagée» indique le communiqué du SNPL, avant d’ajouter «Les pilotes (…) refusent de continuer à payer beaucoup pour un système inéquitable et toujours déficitaire en l’état».
Le gouvernement va donc devoir jouer les funambules entre les deux menaces, pour s'éviter une nouvelle paralysie du ciel français.