Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 8 Décembre 2009

Copenhague : "Il faut faire payer une taxe écologique aux voyageurs" (vidéo)



Alors que se poursuit le sommet de Copenhague, une dizaine d'associations de protections de la nature s'interroge sur les capacités de l'aérien à réduire sensiblement les taux de CO2 ces 20 prochaines années. S'il est acquis aujourd'hui que ces émissions devront être plafonnées, les spécialistes de l'environnement s'interrogent sur le silence et la discrétion des fabricants de moteurs d'avions, maillons essentiels de la réduction des gaz carboniques.



Dans une conférence tenue ce mardi 8 novembre à Copenhague, des associations majeures dans l'univers de l'environnement interrogent les compagnies aériennes sur ce qu'elles mettront en place d'ici à 2050 pour réduire les des émissions de CO2. S'il est acquis aujourd'hui que la croissance de l'aérien ne pourra pas dépasser les 60 % d'ici à 2050, les associations s'inquiètent du peu de communication autour du développement des carburants propres et des moteurs moins polluants.

Les associations demandent également que l’implantation des aéroports nationaux soient repensée et ce afin de limiter la pollution urbaine. Autre idée est soutenue par les associations, le regroupement des aéroports internationaux situés à moins de 3 heures les uns des autres. Si l'on peut comprendre l'intérêt écologique de cette demande, il est évident que sa réalisation pratique apparaît aujourd'hui impossible. Selon Greenpeace, largement mobilisés depuis l'ouverture du congrès, ce sont les voyageurs qui pèseront le plus sur l'obligation de rendre les avions de plus en plus propres. Greenpeace souhaite qu'une taxe écologique soit appliquée sur tous les billets d'avion. Et de préciser que « cette idée aurait été bien accueillie par les entreprises et les voyageurs » sans pour autant évoquer les compagnies aériennes.

D'un montant de 20 $ par trajet, toutes classes confondues, cette taxe serait reversée à des projets concrets de reforestation ou d'aménagement contre la pollution. Aucune compagnie aérienne n'était présente à cette conférence qui, à cette heure, n'a fait de leur part l'objet d'aucun commentaire. L'organisation internationale demande qu'en parallèle de Copenhague soit organisée en 2010 un congrès sur le sujet.

Voir la vidéo diffusée à l'occasion de l'ouverture du sommet