Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Crash Asiana : l'équipage n'a réagi qu'à 150 mètres d'altitude


La National Transportation Safety Board (NTSB) a révélé les premiers éléments découverts lors de son enquête sur l’accident du Boeing 777 d’Asiana Airlines qui a fait deux morts, le 6 juillet 2013. L'équipage n'a réagi qu'à 150 mètres d'altitude.



Crash Asiana : l'équipage n'a réagi qu'à 150 mètres d'altitude
Selon l’agence américaine de sécurité des transports, l’avion n’était qu’à 150 mètres d’altitude et sur un mauvais axe quand le pilote a remarqué l’erreur de trajectoire. Elle ajoute que l’avion était si incliné vers l’arrière qu’un des pilotes ne voyait pas la piste. «A environ 500 pieds, il (le pilote) a réalisé qu'il était bas», a expliqué Deborah Hersman, présidente de la National Transportation Safety Board (NTSB). «Entre 500 et 200 pieds (60 mètres), l'avion était décalé latéralement et volait trop bas. Ils ont essayé de corriger cela à ce moment-là». Mais il était trop tard.
Malgré ces premiers éléments, la présidente a précisé qu’il restait plusieurs zones d’ombre. Par exemple, les enquêteurs n’ont pas encore pu établir si la commande des gaz automatique, nécessaire pour maintenir la vitesse de l'appareil, était bien enclenchée lorsque les réacteurs de l’avion ont presque calé avant l’impact. De plus, elle a indiqué que les pilotes sud-coréens n'avaient pas subi de test d'alcoolémie ou de drogue après l'accident, comme cela est exigé pour les compagnies américaines. Le principal syndicat mondial de pilotes de ligne se montre critique envers la NTSB sur sa gestion de l’accident et de l’enquête. Il lui reproche d’avoir communiqué des informations trop rapidement et d’avoir «alimenté les spéculations» sur les causes du crash. La présidente de l’agence américaine a rejeté ces accusations et a assuré que ses équipes travaillaient «pour le bien des passagers».