Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Crash Germanwings: le SNPL porte plainte avec constitution de partie civile pour violation du secret professionnel


Après l'accident du vol Germanwings 9525 du 24 mars 2015, le New York Times a publié rapidement un article évoquant les causes du crash, établies à partir des données extraites des boites noires. Alors que sa première plainte contre X pour violation du secret professionnel a été classée sans suite, le SNPL France ALPA a décidé de déposer plainte avec constitution de partie civile auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris.



Après l'accident du vol Germanwings 9525 du 24 mars 2015, le Directeur du Bureau Enquête et Analyse, Remi Jouty avait indiqué que des données utilisables de l’enregistreur de conversations du cockpit (CVR) avaient été extraites. Il avait alors expliqué qu’aucune hypothèse ne pouvait, à ce stade, être fournie et que l'exploitation des informations était "un travail qui prendra(it) plusieurs semaines, voire plusieurs mois".

Le SNPL indique que "De façon surprenante, dans la nuit du 25 au 26 mars, le New York Times dévoilait dans un article de Mme Nicola Clark les causes de l’accident établies sans contestation possible à partir des données extraites du CVR". Le SNPL France ALPA a porté plainte contre X pour violation du secret professionnel en découvrant que les données de la boite noire avaient vraisemblablement fuité mais la plainte vient de faire l’objet d’un classement sans suite car il n’a pas été possible d’identifier l’auteur de la violation du secret professionnel.

Le syndicat des pilotes estime qu'il "ne peut se satisfaire de cette décision de classement sans suite qui reconnaît indéniablement l’existence d’une faute mais qui met fin aux investigations pour en découvrir l’auteur". Il poursuit: "En conséquence, afin que toute la lumière soit faite sur ce dysfonctionnement inacceptable du BEA et sur son manque d’indépendance chronique déjà dénoncé dans plusieurs enquêtes, le SNPL France ALPA a décidé de déposer plainte avec constitution de partie civile entre les mains du Doyen des Juges d’Instruction du Tribunal de Grande Instance de Paris".