Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


D’insolites voyageurs d’affaires dans les avions


Traditionnellement à la question «Que faites vous dans un avion lorsqu’il y a plus de dix heures de vol ?», la réponse est classique : je lis, je travaille, je dors ou je regarde un film. Mais il peut aussi y avoir des activités plus insolites. Démonstration.



Lundi matin à Paris, départ du vol quotidien de Delta vers Seattle, Etats-Unis. A peine installée, une jeune femme sort un crochet et sa laine, et se met à poursuivre la fabrication d’une écharpe qui me semble déjà bien longue. Huit heures plus tard, tout en regardant un film, elle continuait son travail. Voilà quelques années, c’est un homme, marié et père de deux enfants, que je croisais sur un vol vers l’Asie. Sa passion ? La broderie qui, disait-il «le calmait avant des négociations difficiles». Lui aussi, pendant quatre ou cinq heures, tirait l’aiguille en prenant soin de ne pas se laisser distraire par les turbulences. Autre exemple, ce jeune ingénieur dont la passion était l’aquarelle. Il aimait à peindre des motifs très zen, qui représentaient la campagne et les bords de mer de sa Bretagne natale. De très jolis petits tableaux qu’il distribuait à ses amis voire à ses clients. Et pour assouvir ce hobby à 30000 pieds, il avait imaginé un micro-réservoir d’eau «anti retour» afin d’éviter d’être aspergé si le vol était bousculé. La passion rend astucieux. Bien sûr, ce ne sont que des exemples, faciles à réaliser en vol, et qui souvent permettent de relaxer le voyageur d’affaires. On peut ainsi imaginer bien d’autres façons de se distraire. Une hôtesse me racontait qu’il y a deux ans, c’est un magicien amateur qui, encouragé par l'équipage, a amusé la cabine business avec de nombreux tours. Comment l’avait-elle repéré ? Tout simplement parce qu'il s'exerçait discrètement sur le galet, l'espace de préparation des repas !
Contrairement à ce que l’on s’imagine, une cabine d’avion n’est pas forcément un lieu aseptisé ou toute vision insolite est bannie. Bien au contraire. Regardez autour de vous la prochaine fois, vous serez surpris. Et surtout, n’hésitez pas à nous faire part de vos découvertes. Pour sûr, elles viendront grossir cette liste des activités insolites à bord des avions.

A Seattle,
Marcel Lévy

Mercredi 6 Mars 2013


Notez


1.Posté par Georges le 07/03/2013 10:33
Vous ne m'en voudrez pas de vous apprendre que l'espace de préparation des repas dans un avion s'appelle le "GALLEY". Un mot anglais donc. Rien à voir avec les caillous ronds des plages.
Au passage, dommage qu'on n'ait pas adopté dans le vocabulaire aéronautique le vrai équivalent français, à savoir la "cambuse".

2.Posté par annie fave le 07/03/2013 11:14
Vous avez bien raison, autant pour nous et notre manque de vigilance. Pour aller jusqu'au bout et être exact, il faudrait d'ailleurs dire Galley Kitchen.
Et savez vous qu'en utilisant la forme fautive de galet, on trouve de tout sur internet, y compris des cambuses d'avion ? La preuve : http://cgi.ebay.fr/galet-avion-airbus-formation-collection-/261160539264

3.Posté par tricot en avion? le 07/03/2013 13:59
je croyais que les aiguilles à tricoter, objets métalliques et pointus donc, étaient considérées comme dangereuses et interdites en cabine... !!
et sinon oui on dit le galley... "aujourd'hui j'étais en galley arrière", comme dirait une copine hôtesse.

4.Posté par Marcel Levy le 07/03/2013 15:09
Bonjour
Petite précision, les crochets sont autorisés dans les avions et pour les aiguilles je dis bien "il y a quelques années". Pour le fameux "galley", Annie a je l'espère répondu à vos interrogations,
Avec toutes mes amitiés
Marcel Lévy

5.Posté par agnes le 14/03/2013 12:05
Jesuis tout à fait partisan de ces occupations si originales étant moi même une brodeuse ! Mais je suis OK avec Marcel Levy: est-il encore possible de rentrer une aiguille dans un avion????
Je serais curieuse d'avoir la réponse car sincèrement, si c'est oui, je saurais quoi faire à mon prochain voyage