Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels




Dimanche 9 Octobre 2011

DSK oblige l'hôtellerie à repenser ses process


Alors que l'affaire DSK est enterrée au pénal, mais pas au civil, le monde de l'hôtellerie outre-Atlantique réfléchit à de nouveaux process pour éviter que de telles situations ne se reproduisent. L'un des enseignements de l'affaire fait du bruit aux Etats Unis ou les femmes de chambre affirment que DSK est loin d'être un cas isolé. Propositions malhonnêtes, hommes nus et autres propositions sexuelles incorrectes sont devenus choses fréquentes. Chocking !



DSK oblige l'hôtellerie à repenser ses process
Faut-il revoir les process de l'industrie hôtelière en matière de gestion des déplacements du personnel dans les chambres des clients ? A priori, la réponse est oui pour les syndicats d'hôteliers américains qui, en plus des installations électroniques, veulent aujourd'hui "protéger leur personnel de toute agression sexuelle ou de tout geste incorrect" même si beaucoup de patrons d'hôtels affirment que plus de 80% des chambres sont faites alors que les clients précédents sont partis et que les nouveaux ne sont pas encore arrivés. Aussi, pour beaucoup si la solution idéale serait de doubler les équipes, la réalité économique ne le permet pas. Solution envisagée, une "panic key", sorte de pendentif porté autour du coup et muni d'une bouton d'alerte qui sonnerait automatiquement au centre de sécurité de l'hôtel ou sur un récepteur que chaque femme de chambre aurait avec elle sur leur chariot. Un test "grandeur nature" devrait débuter dans des hôtels new yorkais d'ici à la fin de l'année. L'expérience ne fera l'objet d'aucun communiqué mais les professionnels affirment que si elle est positive, elle sera très largement développée aux USA.

Notez




1.Posté par PAUL BET le 10/10/2011 17:35
le fonctionnement dans les hôtels 5* des femmes de chambres se déroulent selon un protocole précis:
- en matinée, la gouvernante donne les informations sur les clients ( VIP ) qui sont arrivés ou en cours de venue
- les femmes de chambres prennent connaissances des noms et des habitudes des VIP qu'elles ont en charge et des recommandations pour chacun d'eux.
- avant de rentrer dans une chambre, la femme de chambre s'informe auprès de son service si la chambre est libérée afin qu'elle puisse entrer faire le ménage. Si on lui répond OUI, elle peut rentrer, sinon , elle ne rentre pas.

A la question posée à plusieurs femmes de chambres : - que feraient-elles dans le cas où elles auraient reçus le feu vert pour entrer dans une suite VIP et si par mégarde le client était présent et nu de surcroît ?

réponse : " immédiatement je ressorts avec "un excusez-moi" de gêne en baissant les yeux, et quittant la suite précipitamment. Pas le temps de penser à dire autre chose.

Voilà une bonne façon d'éviter toute déconvenue.

2.Posté par edelweiss le 11/10/2011 19:10
Comme il serait agréable de sentir un peu de compassion pour les victimes,
et que des hommes se désolidarisent des violeurs qui font honte à la condition masculine ...
Quand on est avec des personnes respectueuses, oui cela fonctionne,
mais on n'est pas au pays de bisounours ...
interview des rugbymen a RMC (version sonore disponible sur le web) :
SIC
« Tout le monde l’a fait. T’es là t’es en petite tenue : la femme de chambre elle rentre, t’as le chichi sur le côté, ça c’est ta spécialité », « On est un peu emmerdé quand on parle de ça, mais on a tous fait des horreurs », « on sort la truite et bam-bam, deux coups sur le radis »
SIC

Alors pour ceux là et pour cela ... oui il faut protéger et non pas culpabiliser les victimes en envoyant des messages disant de " faire attention" ...
75 000 viols évalués en France, 10 % plaintes, 2 % condamnations

3.Posté par Marcel Levy le 12/10/2011 06:10
Bonjour

Je crains que vous n'ayez hâtivement interprété un texte "plutôt technique" sur la gestion hôtelière comme un plaidoyer pour les violeurs... D'autant qu'à l'origine ce texte est rédigée par une femme (Hélène Retout).

Sur le fond je ne partage pas votre analyse. Le machisme sportif a toujours existé. Je ne le trouve pas forcément drôle ou juste mais je sais que bien des rugbymen font d'excellents maris pas des violeurs !

Ni vous, ni moi, n'étions dans la chambre du Sofitel. Toutes les extrapolations sont possibles. Chacun plaide pour son analyse et sa vérité. Ce que je respecte totalement. Encore une fois, le viol est un crime, et doit être puni sans complaisance, ni faiblesse. Mais de grâce n'en arrivons pas à ce qui se passe aux USA où parler à une femme tient du harcèlement. La regarder de l'audace sexuelle voire d'un crime.
Oui il faut protéger mais ne pas sombrer dans le ridicule. La frontière est fine mais réelle.
Il faut la trouver, la respecter et faire en sore qu'une femme violée puisse être une victime défendue, mais ni montrée du doigt, ni cachée. Le coupable doit être puni sans faiblesse.
Facile à dire mais difficile à faire !

Cordialement
ML

4.Posté par edelweiss le 12/10/2011 16:36
Marcel
votre article est remarquable de respect et de pondération.
En revanche, on ne peut laisser un viol ou une tentative de de viol ou une crainte de viol être considérée comme une "déconvenue" par le commentaire qui suit.

Vous avez raison de dire que ni vous ni moi n'étions dans la chambre, et c'est bien pour cela que j'ai bien pris garde de ne pas m'y référer mais de citer uniquement des propos avérés sur la situation des femmes de chambre ;
il y a trop de confusion entre les analyses des faits et les suppositions/ déductions en fonction des convictions des uns et des autres
(quand vous dites " je sais que bien des rugbymen font d'excellents maris pas des violeurs", personne n'en sait rien non plus...)

Vous vous réferrez ce qui se passe aux USA, j'apprécie tout à fait les nuances que vous avez faites,
mais on peut tout aussi bien se réferrer a ce qui se passe en Espagne ou en Suède, pourquoi non?

En tant que journaliste vous avez une clé qui n'est pas petite ... et votre article est très respectueux à cet égard.



Qui sommes nous ? - Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires et sites recommandés : Vacances Pratiques, twitter, Google France, Santé voyage

Numéro de Commission Paritaire des Publications et Agences de presse : 1216 W 90128
Numéro d' ISNN - 2105-049X - Numéro de déclaration à la CNIL : 1391313

 

 Deplacements Pros.com est membre du Syndicat de la Presse d'information en ligne (Spiil).

Deplacements Pros.com est membre du Centre Français d'Exploitation du Droit de la Copie.

Merci de le signaler à votre entreprise afin qu'elle rajoute Deplacements Pros.com sur sa liste des sources d'informations consultées par son personnel.