Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


De nouveaux soucis pour le Dreamliner


Le bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB) a rendu son premier rapport sur l'incendie du B787 d’Ethiopian Airlines du 12 juillet 2013. Si les causes ne sont pas certaines, il demande tout de même aux compagnies aériennes de désactiver les balises de détresse de tous les Dreamliner. Le même jour, un appareil de JAL faisait demi-tour en raison d’un problème technique.



De nouveaux soucis pour le Dreamliner
L’AAIB n’a pas encore déterminé avec exactitude les causes de l’incendie du B787 survenu sur les pistes d’Heathrow, le 12 juillet 2013. Mais l’agence britannique soupçonne fortement les balises de détresse des avions. Elle a ainsi recommandé à l'Administration fédérale de l'aviation (FAA) «de prendre des mesures pour faire désactiver l'émetteur de localisation d'urgence Honeywell International RESCU406AFN des avions Boeing 787» dans son rapport du 18 juillet. Elle ajoute que la mesure devrait être maintenue «jusqu'à ce que des mesures appropriées visant à assurer la navigabilité soient finalisées». Cette recommandation ne bloquera pas les avions au sol car ils sont autorisés à voler sans cet appareil électronique pour une certaine durée : 90 jours par exemple aux USA.
Le 18 juillet 2013 a été une journée difficile pour le Dreamliner. Un des appareils de JAL qui effectuait la liaison Tokyo-Boston a été obligé de faire demi-tour ce jour-là après une alerte mécanique concernant une pompe à injection. «Il n'y avait pas de caractère d'urgence absolue ni de problème de sécurité, mais par mesure de précaution l'avion a fait demi-tour pour un contrôle», a assuré le porte-parole de la compagnie. «Cela n'a absolument rien à voir avec les batteries», a-t-il ajouté.