Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Depuis hier, Air France débute sa carrière de Low Cost




Admettons que le titre est un peu provoc, mais dans la réalité, nous y sommes presque. La mise en place de la nouvelle offre moyen courrier de la compagnie ressemble à s'y méprendre au business modèle des transporteurs à bas prix. Mais Air France, leader oblige, n'est pas encore tombé dans le service minimum. Si le champagne disparait en business… le snack reste d'actualité en classe éco.

Deux classes, c'est tout. Une Premium affaires et une Premium Eco. A l'avant, un regroupement de la classe Affaires et de la classe Tempo, souvent occupée par les hommes d'affaires. En supprimant le champagne ou le sandwich pour les vols de moins d'une heure 45… La compagnie fait le pari des économies. Tarifs agressifs obligent. Mais Air France a appris des low cost le principe de la vente à tiroir : un ensemble de services qui viendront s'ajouter au prix initial du billet. Besoin de rien, tant mieux, c'est le prix le plus bas qui s'affiche. Envie de changer son billet en cours de voyage, c'est 50 €. Idem pour le second bagage qui se verra lui aussi facturé. Et en matière de services, les idées ne manquent pas. NEO, qui vient donc d'entrer en vigueur ce dimanche, pose la traditionnelle question d'image des compagnies régulières. Accepterons-nous facilement d'Air France ce que l'on trouve pourtant naturel chez Easyjet ? Certes la clientèle a changé mais Air France avait su depuis dix ans remonter la pente de la qualité et oublier ses positions parfois arrogantes face aux clients. NEO va au-delà de la simple refonte d'une offre de transport, c'est une refonte de l'approche court et moyen courrier. Une nouvelle vision d'un transport aérien plus proche des besoins du voyageur, plus économique, mieux adapté aux destinations domestiques ou européennes. Car a priori, la nouvelle offre de la compagnie française est plutôt bien pensée. La gamme tarifaire proposée est agressive et compétitive, tout comme les services au sol. Les objectifs d'Air France sont clairs : réaliser d'importantes économies et récupérer les passagers qui s'étaient égarés sur les compagnies à bas coûts. Vaste ambition.

Marcel Lévy

Dimanche 28 Mars 2010


Notez


1.Posté par Frédéric le 29/03/2010 17:43
Une petit mise au point concernant la nouvelle tarification applicable au nouveau système NEO :
Tarifs au départ de Genève en CHF hors taxes et frais de service,
Anciens tarifs.
Premium Voyageur de 670 à 999 Fr. (classes de résa B et S respectivement)
Affaires de 986 à 1'284 Fr. (classes de résa Z et C)
Nouveaux tarifs.
Premium Eco de 672 à 979 Fr. (classes de résa A et W, classe S au tarif de 880 Fr.)
Premium Affaires de 1'017 à 1'284 Fr. (classes de résea Z et C).
Donc, en matière d'agressivité tarifaire, j'ai vraiment besoin qu'on me fournisse des arguments !!!

2.Posté par Banik le 11/04/2010 19:08
J'observe exactement le même phénomène sur l'Allemagne avec une augmentation des tarifs et une baisse notable de la qualité de service.
De plus les prix d'appel ne permettent plus d'accumuler des miles.