Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Des bases Air France en province ? So what


Depuis plusieurs semaines, le Landernau du transport aérien bruisse de ces rumeurs dont on ne connait ni l'origine, ni la finalité mais qui ont le mérite d'occuper la presse. Déplacements Pros compris. A la clé de ces "sources trop bien informées", le fameux projet de bases régionales envisagées par Air France. L'idée est simple : créer des bases "secondaires" sur des aéroports français pour faciliter les liaisons nationales, européennes ou méditerranéennes.



Si l'on détaille les raisons de ces projets, ce sont principalement les économies réalisables qui dominent. Les pilotes sont très présents dans le sud et plus facilement mobilisables à proximité de chez eux... Et des voyageurs contents de disposer de lignes régulières vers la capitale ou sur des liaisons transversales. On ne connait pas encore le programme potentiel de ce projet mais on peut déjà se demander si les résultats escomptés seront au rendez-vous. Il suffit de regarder la carte de France du rail, et les projets annoncés, pour se rendre compte que peu de lignes aériennes sont réellement rentables : Nice, Toulouse, Biarritz pour les principales. Côté Europe, ce sont les low cost qui occupent déjà le terrain. Difficile pour Air France de lutter contre Ryanair ou Easyjet dont les contrats sociaux qui n'ont rien à voir avec les siens. De plus, Transavia, filiale d'Air France, est maintenant rompue à cet exercice du "low fare" et possède les infrastructures pour se frotter à la guerre des tarifs qui fait rage dans les transports de proximité, moins de trois heures d'avion.
Alors quel développement pour ces bases ? Sans doute pourraient elles avoir le mérite de développer des transversales, peu exploitées, et pourtant très attendues par les voyageurs d'affaires. Un Nice-Nantes, un Rennes - Toulon par exemple. Les idées ne manquent pas. Mais Air France possède des filiales régionales dotées d'appareils économiques et compétitifs. A qui cela servirait-il d'aller les concurrencer ? Difficile question, sans réponse réelle. Il reste alors à s'imaginer que le projet, qui vise à une forte réduction des coûts d'exploitation, serait uniquement destiné à faire baisser le prix des billets d'avion. Illusoire. Air France a déjà calqué une partie de ces tarifs domestiques sur ceux de la concurrence. Une partie seulement mais le reste devrait suivre. Alors des bases en province, c'est une très bonne idée. A condition que les voyageurs -et la compagnie- en tirent un réel intérêt.

Hélène Retout

Mardi 29 Mars 2011


Notez