Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Des évolutions professionnelles pour mieux coller à la réalité du marché


Les anglo-saxons, qui adorent brûler aujourd'hui ce qu'ils ont encensé hier, font évoluer depuis quelques mois les appellations professionnelles dans l'univers du voyage d'affaires. Après avoir mis en avant les notions de Travel Management, voilà qu'aujourd'hui ils parlent globalement de Mobility Management pour aborder l'ensemble des problématiques liées à la gestion des déplacements professionnels. Et dans cette grande famille de métier, ce ne sont pas moins de cinq ou six fonctions différentes qui devraient voir le jour ces prochaines années.



Dans un article publié par Déplacements Pros, nous évoquions il y a quelque temps les mutations engagées dans les activités professionnelles associées à l'univers du voyage d'affaires. Exit les chargés de voyages, devenus aujourd'hui des acheteurs thématiques. Finis les Travel Managers, baptisés Mobility Managers en raison de la vision panoramique qu'ils sont censés avoir dans l'entreprise. Cette évolution est confortée par la publication d'un document du Ministère américain du commerce qui reconnaît que l'ensemble des fonctions associées au voyage d'affaires tient plus de la mobilité dans son ensemble que du simple Travel.
Il est vrai qu'en 10 ans, on a pu assister à une lente mais régulière évolution des fonctionnalités associées à cette gestion des déplacements d'entreprise. L'appellation générique «Travel Manager» n'est plus très révélatrice de la réalité du marché. L'introduction du cost killing a démontré que la vision "voyage" n'était qu'un tout petit bout de l'activité qui intègre désormais, entre autres, les nouvelles technologies, le contrôle des achats, la maturité des dépenses, la sécurité.
On voit bien en France que le sujet intéresse. L'association Marco Polo travaille depuis quelques mois à cette réflexion sur l'avenir du Travel Management et son intégration dans la hiérarchie de l'entreprise. En septembre dernier, l'AFTM a voulu démontrer dans un livre blanc que le Travel Manager était le "rouage essentiel" de l'entreprise. Une vision exagérée et peu réaliste qui démontre que toutes ces évolutions sont encore loin d'être terminées voire acceptées par les entreprises. D'autant, que cette appellation générique Travel Manager, presque dépassée, est pourtant loin d'être reconnue par les sociétés, qui lui préfèrent parfois des dénominations internes, pour une fonction très souvent rattachée aux achats.
Tous les experts le disent, la grande force d'un métier, c'est de savoir évoluer. Savoir avancer et se remettre en question à chaque grande mutation. C'est sans doute ce qui s'est engagé aujourd'hui dans l'univers des achats de voyage. Personne ne peut dire avec précision à quoi ressemblera la cartographie professionnelle du métier dans quelques années. Sans doute faudra-t-il nous habituer à avoir des fonctions dont les noms changent et s'adaptent. Aussi souvent que les métiers s'adaptent au réalisme économique du moment.

Alain Joyet

Lundi 18 Octobre 2010


Notez


1.Posté par Rachid Ferhi le 18/10/2010 07:37
Bonjour
Quelle importance que le nom ? Ce qui compte c'est la fonction et ce qu'elle contient. On glisse doucement du travel aux achats. C'est un fait. Mais les salariés ont besoin de reconnaissance. Travel Manager c'est nouveau, c'est flatteur mais c'est assez creux au final car nous sommes bien dans l'univers des acheteurs et des négociateurs. Je ne crois pas non plus aux mobility managers, c'est un nouvel hochet. Pas plus
Rachid

2.Posté par DASSAIM le 18/10/2010 20:16
Comme le dit Rachid, quelle importance dans le nom ? Mobility désigne dans plusieurs sociétés les personnes chargées des expatriés ou des gens en mission de longue durée.
J'aime bien aussi cet article qui dit que le travel management n'est plus que de l'achat alors que quelques lignes plus haut il est écrit "L'introduction du cost killing a démontré que la vision "voyage" n'était qu'un tout petit bout de l'activité qui intègre désormais, entre autres, les nouvelles technologies, le contrôle des achats, la maturité des dépenses, la sécurité."
No more comment, pour parler bien français ! Tout est dit.

3.Posté par Romeo le 19/10/2010 06:17
Bonjour
Je ne vois pas ce qui est opposable dans votre explication !
Les évolutions professionnelles sont permanentes, heureusement
A moins que vous n'ayez une idée derrière la tête ! Expliquez.
Romeo