Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Des tracteurs et des vélos contre les avions de Notre-Dame-des-Landes


Des militants anti-aéroport ont quitté dimanche 6 novembre Notre-Dame-des-Landes en vélo et en tracteur. Pendant 5 jours, l’étrange groupe va parcourir les 395 kms qui mènent à Paris afin de donner aux sénateurs écologistes les conclusions d’une étude qui remet en cause la notion d’utilité publique de la plate-forme, prévue pour 2017.



Des tracteurs et des vélos contre les avions de Notre-Dame-des-Landes
Le projet du futur aéroport Grand Ouest de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes ne plait pas à tout le monde. Agriculteurs, élus de la région d'Europe Ecologie-Les Verts, ou encore Modem et du Parti de Gauche y sont opposés. Pour se battre contre les avions qui trouvent grâce aux yeux des collectivités locales socialistes, les militants ont lancé une nouvelle opération. Un drôle de convoi a pris la route dimanche 6 novembre du lieu de la future installation, direction Paris. Une demi-douzaine de tracteurs, cinquante cyclistes, un car et quelques voitures ont prévu de rejoindre la capitale ensemble en cinq jours. Ils seront reçus le 12 novembre au Sénat. Les militants de la tracto-vélo porteront aux représentants nationaux une étude réalisée à la demande d’un collectif sceptique face à cet aéroport d'un coût de 140 millions d'euros pour l'Etat. Le document infirme son utilité publique et économique. Selon lui, avec le marché actuel et l’envolée du prix du carburant observée, l'aérodrome ne serait pas viable. Les participants de cette caravane demanderont donc l'annulation de ce statut. Sur les 395 kms du parcours, plusieurs manifestations et conférences seront données pour exposer à chaque fois les arguments des manifestants.






1.Posté par LATOUR le 07/11/2011 10:54
Bonjour,

J'au habité Nantes entre 1998 et 2002. L'aéroport de ND des Landes est censé remplacer celui de Nantes dont la longueur de piste est limitée afin de préserver le lac de Grand Lieu, qui est un endroit tout à fait unique en France. Il a donc été décidé VOICI 30 ANS de construire un aéroport au gabarit plus international sur l'autre rive, dans une région de bocage où à l'époque la densité en cochons au km2 était vraissemblablement supérieure à celle en êtres humains. Les terrains ont été préemptés, le tracé futur des pistes était consultable dans toutes les mairies concernées. Que s'est il passé par la suite ? Dans les années 2000, la pression immobilière a conduit des milliers de personnes à faire construire dans le futur cône de bruit.... alors que le projet était connu, annoncé , planifié .
Faut il les indemniser ou même seulement les plaindre? Je pense que non.
Maintenant si nous réfléchissons à long terme, il est interessant de réfléchir à l'adéquation entre l'infrastructure existante: les avions du futur seront ils de plus en plus gros ? Faudra t'il réellement des pistes plus longues? est on ptêt à tolérere des survols urbains ( parfois, selon le vent dominant on arrive sur Nantes avec un beau virage au niveau de la tour Bretagne). Ce débat là a t'il eu lieu?

2.Posté par Charles le 07/11/2011 11:17
Bonjour

D'un côté on parle de désenclavement, de l'autre de nuisances et au final on ne sait toujours pas si cet aéroport sera utile. On se demande pourquoi, à chaque nouveau projet, il faut affronter des oppositions, loin d'être toutes d'accord. Faut-il faire défiler celles et ceux qui veulent de ce projet ?

J'avoue que sur ce dossier rien n'est convaincant. D'un côté comme de l'autre
Charles

3.Posté par Marc-Antoine le 12/11/2011 18:29
Nantes n'est pas une ville enclavée, soyons sérieux.
Il me semble que l'A380 se soit déjà posé à Nantes; les pistes doivent donc être adaptées.
Le trafic aérien a commencé son déclin, il serait peut-être intelligent d'attendre un peu avant d'investir dans un nouvel aéroport. L'aéroport actuel est suffisant, il devrait le rester avec moins d'avions et de passagers.
Mais saura-t-on faire patienter les élus incompétents et les bétonneurs?
On peut réfléchir sur l'aéroport d'Angers inauguré il y a une douzaine d'années. L'ancien était aussi "trop petit". Il y a actuellement 4 fois moins de trafic qu'avant.
Les responsables de ce gâchis n'ont jamais été inquiétés.