Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


EVP 2012 : quel avenir pour les agences de voyages "affaires" ?


Dans quelques heures, ce 19 novembre, American Express Voyage d'Affaires présentera son baromètre 2012. Un exercice attendu, même si globalement on connait déjà un peu les tendances de ces derniers mois et celles à venir pour 2013. L'heure n'est pas à l'analyse des craintes mais à l'anticipation de la stratégie que chaque entreprise appliquera pour la gestion de son budget "voyages d'affaires".



Comme chaque année, l'une des questions qui reviendra sur le tapis concernera le besoin ou non d'avoir une agence et son intérêt au quotidien. Bref, la dépense en vaut-elle le jeu ? Dans les très grandes entreprises où l'on sait qu'externaliser coûte moins cher qu'exploiter, la réponse est aisée : pas question de se passer de la TMC dont la mission va au delà de l'émission du billet. La gestion des dépenses, le suivi des voyageurs et les services associés valent bien quelques "fees". La tranquillité n'a pas de prix. Pour les entreprises intermédiaires, la question est plus pertinente. Certes, le service à un coût et tous les professionnels savent que transférer les soucis est une preuve d'intelligence. Mais à quel prix ? Là est la réponse que la TMC organisatrice de l'événement devra apporter ces prochains jours. A l'évidence, la bataille engagée sur les tarifs aura des conséquences globales sur le choix de son agence de voyage. Mais le prix ne fait pas tout. La disponibilité off line, la capacité à générer des économies sur les déplacements et la réactivité sont des points forts qu'il faudra analyser pour trouver la perle rare. Autre sujet, la taille de sa TMC doit-elle coller à celle de son entreprise ?. Ici les avis divergent selon le bon vieux principe "Etre un grand chez les petits ou un petit chez les grands". Là encore, l'EVP devra séduire les PME/PMI non pas par la puissance, mais l'adaptabilité des offres. C'est souvent le point le plus délicat d'un contrat réussi.

Amex aura donc deux jours pour séduire ses prospects et démontrer la lisibilité de son offre. Deux jours pour conforter les interrogations de futurs clients et détailler sa capacité à les accompagner sur les routes du développement. L'objectif n'est pas simple à l'heure où la méfiance envahit les entreprise. Le choix d'un fournisseur n'est plus seulement associé à son image de la marque mais à sa capacité à répondre aux demandes...Et vite ! Un bon fournisseur doit tous les jours prouver par l'exemple et les faits qu'il constitue l'entreprise la mieux adaptée à gérer, anticiper et optimiser les déplacements professionnels. A l'heure où les générations Y poussent vers le self travel et la compréhension des choix, l'enjeu est de taille. Rendez-vous Porte Maillot à Paris.

Marcel Lévy

Lundi 19 Novembre 2012


Notez


1.Posté par Pierre le 19/11/2012 20:24
Je crois surtout que la vision des TMC n'est pas toujours innovante et qu'il est prudent, pour elle, d'être en retrait face aux demandes économiques parfois serrées de leurs clients. D'où les interrogations autour de leur utilité même si je reste persuadé qu'elle offrent le meilleure service aux entreprises qui voyagent. Du moins l'externalisation d'une dépense qui coûte parfois cher en interne.