Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


EXCLUSIF : La fin des Travel Managers ?




Décidément nos amis anglo-saxons ne manquent pas de ressources. Après avoir créé et magnifié la fonction TM (Travel Manager), voilà qu'ils brûlent aujourd'hui ce qu'ils encensaient hier. Jugez plutôt. A l'occasion d'une présentation discrète des mutations professionnelles dans l'univers des achats , un grand patron d'une compagne aérienne américaine a présenté le rapport d'un cabinet d'audit sur le sujet. Les conclusions sont sans appel : "L'évolution des techniques et la numérisation accrue des postes de travail rendra caduque la fonction de Travel Manager". Mais attention, les TM auront une autre mission : celle de TCK, Travel Cost Killer sous les ordres d'un "mobility manager", puissance extrême dans les déplacements professionnels.

A priori, il y a de la logique dans cette vision. Depuis longtemps le TM a dépassé le simple cadre des achats pour devenir une sorte de référent dans l'univers du voyage d'affaires. Certes, comme le souligne l'étude, le métier "manque de frontières claires et précises". Rattaché à l'origine aux achats, le TM d'aujourd'hui fluctue entre les RH et les services généraux même si la fonction est pleinement reconnue par bon nombre d'entreprises. De fait, le rapport souligne surtout les mutations profondes qui vont s'engager ces prochains mois dans le monde du voyage professionnel et souligne la montée en puissance des consultants dont la mission sera "de tracer la route à des acheteurs qui n'auront plus qu'à remplir les blancs d'une feuille de calcul largement optimisée".

Une fois définie la politique voyage et structuré le SBT, les fonctions propres du TM sont alors présentées comme secondaires par l'audit d'outre Atlantique qui souligne "qu'avec la baisse des budgets et des missions, un poste à temps plein ne peut se justifier que dans les très grandes entreprises". Mais attention, ce texte ne remet pas en question le savoir faire du TM, qu'il qualifie parfois de "super agent de voyage intégré". Il cherche à l'optimiser en lui donnant la fonction de "cost killer" aussi essentielle aux achats que toute autre. Et de conclure "Ces évolutions ne sont pas encore comprises par les TM eux même mais sont déjà dans l'esprit des grands dirigeants qui cherchent non plus à optimiser les voyages, mais à les diminuer". Purement une vision de cost killer ou la naissance d'une nouvelle fonction : Mobility Travel Manager.

Marcel Lévy

Mardi 21 Avril 2009


Notez


1.Posté par Jean-Luc Grillet le 22/04/2009 09:49
Depuis 5 ou 6 mois, et pour des raisons différentes nous constatons une évolution des responsabilités voyages dans les entreprises.
Les Travel Managers n'ont pas tous (loin s'en faut...) reçu les pouvoirs requis par leurs fonctions et n'ont souvent pas la capacité d'imposer un choix clair. En fait en temps que prestataires nous nous trouvons souvent dans la situation de répondre à un appel d'offre dont la portée financière reste limitée par la non-recommandation de prestataires uniques par groupe de destinations. De fait beaucoup de ces contrats se révélaient à l'usage décevant.
La nouveauté des 6 derniers mois c'est que de plus en plus d'entreprises font intervenir maintenant des contrôleurs de gestions s'assurent que ces contrats signés par les TM apportent le résultats escompté. Lors d'un forum en Septembre dernier à Top Résa, j'avais souligné que l'efficacité d'un TM étatit directement proportionnel au pouvoir qui lui était conféré d'imposer une véritable politique de voyages et pas seulement d'assurer une fonction achat.
Cordialement
JL