Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


EasyJet va s’équiper contre les volcans


Les vulcanologues prévoient que la prochaine éruption islandaise concernera le Katla et qu'elle pourrait être 10 fois plus importante que celle de l’Eyjafjallajökull ou du Grimsvötn. Ne voulant pas revivre les interruptions de vols par l’activité volcanique de 2010 et à moindre échelle 2011, EasyJet a travaillé avec Nicarnica Aviation sur un nouveau système capable de détecter en vol les nuages de cendres : AVOID (Airborne Volcanic Object Identifier and Detector).



EasyJet va s’équiper contre les volcans
Avoid, développé par Nicarnica Aviation, permet de détecter les nuages de cendres volcaniques. La mise en place d’un système infrarouge sur l’appareil, pour communiquer au pilote les images recueillies par le système, permet d’adapter la trajectoire de l’avion si nécessaire, et d'ainsi éviter les cendres volcaniques. EasyJet l’a testé pendant deux semaines au dessus de l’Etna, le volcan sicilien qui est l’un des plus actifs en Europe ainsi que sur l’île de Stromboli, célèbre pour ses éruptions volcaniques. Pour réaliser cet essai grandeur nature, le système Avoid a été installé sur un avion ultraléger Flight Design CT, qui a effectué plus de 30 heures de vols au dessus du volcan. Les images captées permettent aux pilotes de détecter les nuages de cendres à une altitude comprise entre 5 000 et 50 000 pieds, sachant qu’à 20 000 pieds un nuage de cendres peut être détecté à 100 km. L’équipage peut ainsi adapter la trajectoire de l’appareil pour éviter un nuage de cendres, sur le même principe qu’un radar météo. Au sol, les informations fournies par un avion équipé du système AVOID permettront de construire une image précise d’un nuage de cendres, en utilisant les données envoyées en temps réel. Cette avancée devrait pouvoir permettre de maintenir ouverts de plus larges espaces aériens qui auraient normalement été fermés pendant une éruption volcanique et ainsi de réduire les perturbations du trafic. Les essais réussis incite la compagnie a vouloir installer l’innovation sur ses avions dès l’été 2012. Mais elle devra auparavant obtenir sa certification auprès de l’EASA (Agence Européenne de la Sécurité Aérienne).