Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Easyjet, les limites d'un bon coup de pub


Le billet gratuit offert en cas de retard de plus de 15 minutes d'un vol Easyjet sera sans doute un bon coup de pub. Dans la réalité, l'offre est limitée dans le temps et prend en compte toute une série de restrictions pénalisantes pour le voyageur d'affaires.



Easyjet, les limites d'un bon coup de pub
Limitée dans le temps, l'offre ne concerne que les vols effectués jusqu’au 30 novembre 2011 par les détenteurs de billets « Flexi ». La notion de retard est clairement définie, un peu trop peut-être, et pourrait prêter à discussion. Elle s'applique aux vols en retard de plus de 15 minutes, sur la base de l'heure effective d'arrivée par rapport à l'heure d'arrivée indiquée sur le site officiel. Cette « heure effective d'arrivée » est l'heure à laquelle le voyant de la ceinture de sécurité à bord du vol easyJet s'éteint à l'arrivée à l'aéroport de destination (voyageurs, à vos chronomètres). Enfin, les vols retardés pour des raisons inhérentes à la compagnie et dépendant de facteurs externes (grèves, conditions climatiques type neige, nuage de cendre volcanique, etc.) ne sont pas concernés. Comment analyser un retard au décollage lié à des instructions de la tour de contrôle ? Autant dire que tout est possible pour justifier le non retard. Concrètement, Easyjet offre un vol gratuit vers toute destination desservie par la compagnie. Le billet gratuit inclut le prix du vol (taxes et frais de réservation) mais exclut tout service supplémentaire comme l'enregistrement d'un bagage ou le Speedy Boarding. Ces vols devront être réservés au moins deux semaines avant la date de voyage proposée et utilisés avant le 31 mars 2012 sauf à certaines périodes de vacances scolaires (21 Oct - 3 Nov, 16 Dec - 3 Jan, 10 Fev - 12 Mars).
Si le coup de pub est remarquable et bien pensée, la réalité diffère quelque peu. Pas de quoi inciter le voyageur d'affaires à faire du low cost à tout prix.