Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 9 Février 2010

Egencia annonce les résultats de son étude hôtel



Un programme hôtelier non maîtrisé provoque des pertes significatives, c'est ce que démontre l'étude annuelle réalisée par Egencia en observant les politiques hôtels des entreprises et leur contrôle des coûts.



“Contrôle des dépenses hôtels : économies et opportunités,” telle est l'appellation officielle de cette étude mondiale réalisée par Egencia auprès de 43 acheteurs et Travel managers pour mettre en avant les pertes financières que peut engendrer l’absence ou le manque de contrôle d’un programme hôtel. Grâce à des retours d’expérience de voyageurs d’affaires et de professionnels du voyage, l’étude met en avant la manière dont une entreprise peut anticiper et trouver des opportunités d’économies et ainsi montrer les bonnes pratiques de l’industrie.
« L’opportunité de partager notre savoir et les remontées de nos clients dans le monde représente une partie importante de notre stratégie » annonce Christophe Pingard, Vice President Senior, Egencia Europe. « En tant qu’acteur majeur du voyage d’affaires dans le monde, il nous semblait important d’effectuer notre propre étude sur le sujet pour identifier les bonnes pratiques et aider les sociétés clientes à prévenir d’éventuelles pertes. »
Cette étude révèle également les opportunités non exploitées par les 433 Travel Manager et acheteurs interrogés, concernant les dépenses hôtels de leurs entreprises ; 30% des sociétés interrogées disent ne pas avoir mis en place de politique hôtel. Les données de l’étude confirment de nombreuses disparités entre les entreprises :
• 65% n’ont pas fixé de prix maximum hôtel par ville et par jour
• 33% seulement utilisent le reporting pour contrôler les réservations conformes à la politique voyages
• 34% demandent une validation avant voyage pour contrôler la conformité
• Pour encourager la conformité, 32% communiquent pro activement aux voyageurs /assistantes sur politique voyages de l’entreprise ; 29% envoi des emails de notifications aux salariés qui ne respectent pas la politique voyages ; 12% ne font pas appliquer la politique voyages.
« Nous savons que la mise en place d’une approbation avant voyage permet d’améliorer la conformité de la politique hôtel et de dissuader les collaborateurs d’effectuer certaines dépenses ; notre étude montre que cette stratégie pourrait être adoptée par plus d’entreprises. » dit Jérôme Fouque, Directeur Général d’Egencia France. « De la même manière, fixer un prix maximum hôtel par ville et par jour ou renforcer l’adoption d’une politique hôtel, sont d’autres moyens de rentabiliser votre programme voyages. »
Malgré cette opportunité, 55% des personnes interrogées lors de l’enquête affirment que leur entreprise ne les contraint pas ou ne les incite même pas à suivre la politique hôtel ; 32% indiquent que leur entreprise ne possède pas de politique hôtel.

Organiser un suivi plus serré

Autre axe d’amélioration révélée par l’enquête : lorsqu’un salarié réserve un hôtel “hors politique voyages” ou hors du circuit traditionnel de réservation interne à l’entreprise, il engendre de la perte d’information et de données qui auraient pu permettre une meilleure négociation des tarifs auprès des hôteliers. D’autre part, les entreprises ne bénéficient pas des réductions et services supplémentaires proposés par les hôtels à tarifs « Egencia ».
L’étude « Contrôle des coûts hôtels » montrent les bénéfices d’un politique hôtel proactive et comment cela réduit l’impact sur les pertes. Par exemple, un client Egencia avec un budget de 10 Millions d’Euros ou plus, qui encourage le respect de la politique hôtel, peut économiser jusqu’à 17% sur le coût moyen d’une nuit d’hôtel par rapport à une société qui n’applique aucune politique hôtel. De plus, les sociétés qui appliquent une politique définie améliorent de 14% le nombre de réservations qui sont conforme à la politique hôtel et augmentent de 33% les réservations transport+hôtel par rapport aux sociétés sans politique hôtel ; elles limitent ainsi les pertes.