Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Vendredi 18 Juin 2010

Emirates, pas de nouveaux droits de trafic en France



Contrairement à ce que l'on aurait pu penser suite à l'énorme commande passée à Airbus (32 A380) par la compagnie Emirates, il n'y aura pas de nouveaux droits de trafic pour la compagnie des Emirats Arabes Unis. Pour autant, la DGAC et la compagnie du Golfe se reverront dans six mois pour chercher à nouveau un terrain d'entente sur le sujet.



Alors que le DG d'Air France, Pierre Henri Gourjon s'attaquait violemment à la demande d'Emirates de disposer de nouveaux droits de trafic entre Paris, la province et Dubaï, les observateurs font remarquer que la France a dissocié le choix économique fait par Emirates de la disponibilité des droits à destination du golfe. Beaucoup y voient un geste politique en faveur de l'ancienne compagnie nationale qui cherche aujourd'hui à défendre ses positions sur les destinations asiatiques et indiennes fortement couvertes par les compagnies du golfe. À l'évidence, le statu quo adopté aujourd'hui l'a été d'un commun accord entre les deux partenaires mêmes si hier, dans les commentaires de Déplacements Pro.com, Jean-Luc Grillet, directeur général d'Emirates pour la France et le Benelux commentait à sa manière, sans animosité, les propos du patron d'Air France en précisant que " Depuis plusieurs années, la compagnie Air France recherche en permanence des bouc-émissaires pour expliquer ses déconvenues: une fois c'est le TGV, une autre fois les low-costs, parfois Emirates, maintenant le volcan ainsi que ses couvertures carburant! En gros ce n'est jamais la faute d'Air France...Je suis persuadé que le meilleur moyen de commencer à se réformer consiste tout d'abord à analyser ses erreurs et ses faiblesses et à les reconnaitre! Le fait de toujours rejeter la faute sur l'autre tient plutôt du négationnisme".



1.Posté par AUBERT le 18/06/2010 08:02
et oui, Air France reste Air France, perchée sur son piédestal, qui fait fi de l'environnement immédiat, la concurrence et même ses clients. c'est toujours les autres, et jamais aucune remise en question. Heureusement que la concurrence est là, Emirates donne une bonne leçon à Air France...mais se remettra-t-elle en question ? les chances sont minces...