Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Emirates veut devenir quotidienne sur Lyon


Emirates profite du deuxième anniversaire de sa ligne Lyon – Dubaï pour réclamer deux fréquences supplémentaires sur le tarmac lyonnais. Satisfaite des résultats de sa liaison, la compagnie du golfe souhaiterait, en effet, proposer un vol quotidien entre les deux villes.



A l’occasion du deuxième anniversaire de la ligne Dubaï-Lyon, Emirates fait le bilan de la liaison. La compagnie y a transporté plus de 200 000 passagers depuis décembre 2012. En outre, la ligne affiche un taux de remplissage moyen de 80 %. Au départ de Lyon, les destinations les plus prisées par les passagers du vol Emirates EK 82 sont le Moyen-Orient, l’Asie, l’Océan Indien et l’Australie. «L’ouverture de cette ligne Lyon-Dubaï a permis d’accroître les échanges touristiques et économiques entre Lyon et Dubaï mais également entre Lyon et l’ensemble du réseau Emirates qui dessert de nombreuses destinations vers l’Asie, l’Océan indien, et l’Australie. De nouveaux flux de trafic en provenance des Émirats Arabes Unis, de l’Australie, de Chine, de l’Inde et du Japon ont été créés ; ils représentent des dizaine de milliers de passagers nouveaux qui ne seraient pas venus en Rhône-Alpes sans un ligne directe long courrier vers Lyon», assure le communiqué.

Emirates a déjà augmenté ses capacité en remplaçant l’Airbus A340-500 par un Boeing 777 depuis le 1er février 2014, mais la compagnie réclame plus de droits de trafic. Thierry de Bailleul, directeur général d’Emirates France assure que sa fréquence de 5 vols par semaine est aujourd’hui devenue insuffisante. «Nous en appelons aux autorités pour obtenir deux nouveaux vols hebdomadaires, afin de pouvoir offrir une desserte quotidienne et répondre ainsi à une demande en forte croissance», explique t-il «Si on se compare aux autres centres régionaux d’Europe voisins en taille économique tels que Hambourg, Birmingham, Milan ou Düsseldorf, Lyon demeure largement sous-desservie en termes de transport aérien long-courrier. Deux nouveaux vols par semaine seraient un minimum et permettraient de desservir Lyon quotidiennement, d’améliorer sa connectivité et d’apporter un soutien important aux 260 millions d’euros engagés dans le plan d’investissement stratégique des aéroports de Lyon», assure-t-il.
Gérard Collomb, Président du Grand Lyon ajoute «Les chefs d'entreprises sont aujourd’hui les plus fervents défenseurs de l’ouverture des droits de trafic afin de donner à la grande région lyonnaise les outils de son ambition. Je les soutiens pleinement dans leur démarche».