Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


En voyage d’affaires, les pirates sont de plus en plus nombreux!


Le dernier film du moment, le champion des Oscars ou des Césars, il y a bien des tentations sur le net. Difficile de télécharger en France avec la surveillance d’Hadopi et les sécurités mises en place dans l’entreprise. Mais dans un hôtel, au bout du monde... tout est possible! C’est du moins ce que pensent 60 % des voyageurs d’affaires américains de moins de 30 ans. Mais rassurez-vous, ils ne sont pas les seuls. Côté français on se débrouille aussi…



C’est une étude menée par l’université de Californie, citée dans le San Jose Mercury News il y a quelques semaines, qui amuse et inquiète les pros de l’informatique. Si le côté potache du piratage est souligné par beaucoup de geeks, plusieurs enseignants en technologies de l’information se sont penchés sur l’utilisation des nouvelles technologies dans les hôtels. Une approche concrète de la mobilité. Le résultat va au-delà de ce qu’imaginaient nos scientifiques.

Premier constat, c’est le streaming vidéo qui tient la cote. Regarder en direct des films ou des séries reste la première utilisation du wifi pour les moins de 30 ans. Mais ce serait réducteur de limiter l’utilisation d’internet à cette seule activité. 25 % préfèrent télécharger des films récents pour regarder plus tard. Et dans cette catégorie, toutes les typologies sont présentes. Et tous les âges aussi. Côté programmes, si 60 % font le choix de traquer les nouveautés cinématographiques, les autres se partagent entre documentaires, musique et… films érotiques.

Au-delà, la mobilité est aussi affaire d’échanges: 24 % des voyageurs (y compris les voyageuses) cherchent les adresses branchées de la destination. Ils et elles n’hésitent pas à « chater » sur les réseaux pour organiser leurs soirées. L'internet à l'hôtel sert aussi pour assouvir ses passions. Collectionneurs, traqueurs de bons prix et acheteurs compulsifs passent des soirées dans leur chambre à trouver le bon plan. On se distrait comme on peut !

Enfin, une très grande partie des voyageurs travaille au moins une petite heure à l'hôtel. Lecture des mails, préparation des rendez-vous et gestion des dossiers courants, voilà pour l’indispensable. Les plus anxieux relisent leurs dossiers, peaufinent leurs arguments commerciaux ou techniques. Que du très classique, rien de scandaleurx. On se demande ce qu’imaginaient nos scientifiques car rien, dans ce qu’ils ont noté, n’est surprenant. Mais illustre diablement la réalité de la vie quotidienne du voyageur d'affaires.

A New York,
Philippe Lantris

Mardi 18 Mars 2014


Notez