Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Et si le Qatar s’offrait Amex pour la coupe du monde de foot?


Oh, je sais, je vous vois sourire. Une prise de participation, c’est du sérieux. Les pépettes du Qatar sont (a priori) intelligemment dépensées et seul le regard posé sur la rentabilité peut décider de l’entreprise qui raflera l’argent qatari. C’est la règle de base de la finance. On pourrait croire que cette ligne directrice est immuable et financièrement logique… S’il n’y avait pas eu le PSG !



Tout cela pour vous dire qu’aux USA, on évoque depuis deux jours l’arrivée des qataris dans American Express Voyage d’affaires via le petit bout de la lorgnette. Pour les uns, ce n’est qu’une étape avant le rachat global (pour ne pas dire total) de l’agence de voyages. 25 à 30 % du capital aujourd’hui ouvert aux investisseurs du Qatar pour 600 millions de cash (en dollars) dans les caisses. La finalité ? Offrir au Qatar une agence de voyage pour la Coupe du monde de football. Pour les commentateurs avertis, le deal serait clair : faire de l’événement le lieu de rendez-vous du monde entier que ce soit dans le Mice et à terme pour le voyage d’affaires. Bref, transformer notre Éric Audoin en Zlatan Ibrahimovic, il fallait y penser.

Mais au-delà, le Qatar a de grandes ambitions : faire de sa compagnie aérienne, la nouvelle Emirates du Golfe… Avec une stratégie plus fine et plus adaptée aux marchés. Un nouvel aéroport dans quelques mois, une flotte qui se développe, une entrée dans OneWorld… Il n’en faut pas plus pour comprendre le poids d’Amex dans cette stratégie. Posséder le distributeur, c’est s’assurer d’orienter une partie marché vers des objectifs que l’on veut développer. En termes de MICE, le Qatar veut aller vite. Finie la destination désertique, désormais Doha est une ville moderne ouverte au monde. À charge pour Amex de le faire savoir !

La co-entreprise créée, on devrait connaître dans quelques semaines les premières pistes de développement du nouvel Amex. Seule certitude, et quelles que soient les arrières-pensées de l'investisseur, la TMC devra se construire une nouvelle image pour retrouver des couleurs en Europe et en Asie. Nous verrons très vite comment.

Marcel Lévy

Vendredi 21 Mars 2014


Notez


1.Posté par arno le 21/03/2014 08:51
C'est pas mal vu comme analyse !
Mais il faudra que la TMC évolue vite car la concurrence pousse derrière
Arno

2.Posté par Sean le 26/03/2014 10:25
Intéressant comme article