Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 10 Mai 2011

Et si le réseau wi-fi prenait l’eau avec le réchauffement climatique ?



Le gouvernement britannique s’inquiète actuellement des effets initiés par les changements climatiques sur le réseau wi-fi. L’accès à Internet sans fil serait menacé par la hausse des températures et les chutes de pluies plus violentes. L’affaire est prise au sérieux outre-Manche, et la ministre de l’environnement prévoit un investissement massif dans les infrastructures pour parer aux conséquences des nouvelles conditions climatiques.



Et si le réseau wi-fi prenait l’eau avec le réchauffement climatique ?
Si les enjeux environnementaux prennent une place croissante dans l’actualité et les préoccupations citoyennes, le lien avec les nouvelles technologies reste encore obscur. Pourtant, à en croire des informations publiées mardi par le Daily Mail, le gouvernement britannique se projette déjà dans l’action, pour adapter ses installations au réchauffement climatique. Un rapport officiel a été publié lundi par les autorités britanniques, et près de 230 millions d’euros (200 millions de livres) devraient ainsi être mobilisés dans le cadre d’un plan de cinq ans. La violence des précipitations en Grande-Bretagne et les températures en hausse sont pointées du doigt comme des dangers potentiels pour les connexions Wi-fi, dans la mesure où ces facteurs climatiques s’apprêteraient à perturber voire interrompre le signal. Au-delà des installations en matière de télécommunications, c’est apparemment toute l’organisation du réseau britannique, en particulier dans les transports, qui s’apprêterait à être repensée, pour se projeter sur du long terme et prendre en compte les évolutions climatiques, à une échelle de 50 à 100 ans. « « Une fois terminés, ces projets seront utiles au pays pour de nombreuses années, en augmentant la connectivité et en contribuant au dynamisme économique : leur adaptation au climat du futur constitue donc une part essentielle de leur mise en place » indique ainsi dans le Daily Mail Theresa Villiers, ministre chargée du réseau ferroviaire.