Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 15 Novembre 2015

Etat d'urgence : surveillance accrue et contrôles renforcés aux frontières



La mise en place de l’État d'urgence décidée par le Président de la République suite aux attentats terroristes de la nuit du 13 au 14 novembre, conduit à une surveillance accrue des gares et des aéroports. Les contrôles d'identité sont renforcés tout comme la surveillance des bagages. Le Ministre de l'intérieur a précisé que les "frontières sont surveillées mais non fermées". Les voyageurs d'affaires doivent prévoir des délais plus long au passage des frontières, aux aéroports mais aussi sur la route.



© BFM
© BFM
Aux aéroports
Le préfet de Paris et celui en charge de CDG annoncent des retards possibles liés à ces mesures. Il est aujourd'hui conseillé d'arriver trois heures avant à l'aéroport CDG pour tous les vols internationaux.

Air France nous a fait parvenir le communiqué suivant : "Suite aux événements survenus en région parisienne le 13 novembre, Air France confirme que l'ensemble de ses vols de/vers la France à venir est maintenu. Des retards au départ et à l'arrivée sont à prévoir suite aux renforcements des contrôles aux frontières par les autorités. Il est demandé aux passagers d’anticiper leur arrivée à l’aéroport et d’être en possession une pièce d’identité valide".

Dans les trains
Des contrôles aléatoires peuvent avoir lieu dans les gares et les patrouilles Vigipirates sont renforcées. Les mesures de sécurité sur les quais de Paris et Bruxelles sont particulièrement renforcées autour du Thalys.  Des contrôles à bord des trains, déjà en vigueur depuis l'attaque dans un train Thalys le 21 août dernier, sont également en voigueur. Les voyageurs peuvent annuler ou reporter leurs tickets vers Paris sans frais. Les trains Eurostar entre Londres, Paris et Bruxelles circulent également sous contrôles renforcés.

Aux frontières terrestres
Dans les aéroports mais aussi sur la route, les contrôles aux frontières étaient renforcés dès vendredi matin, avant même les attentats, pour faire face à l'organisation de la COP21. Ils le sont d'autant plus et 61 principaux points de passage font l'objet d'une surveillance particulièrement stricte de la police aux frontières et des douanes. Les autres entrées et sorties sont contrôlées par des effectifs de la direction centrale de la Sécurité publique, les CRS et la Gendarmerie nationale. Les ports, trains, véhicules particuliers sont soumis à un filtrage accru et aléatoire.