Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Etihad regarde à nouveau vers Air France et propose une "association" avec AirBerlin


Etihad est actuellement en pleine négociations d’un code-share avec Air France-KLM. La compagnie du Golfe aimerait qu'AirBerlin - transporteur dont elle détient des parts - profite également de ce partenariat.



airberlin
airberlin
Etihad travaille sur son code-share avec Air France. Selon Aviation Week, James Hogan - CEO de la compagnie du Golfe - a indiqué que les négociations sont «très bonnes et se poursuivent». Le transporteur verrait même d’un bon œil que AirBerlin se rapproche également Air France KLM. «S’il y a une opportunité, nous serons heureux de voir AirBerlin s'intégrer à l'ensembler», a ajouté James Hogan, le patron d'Etihad depuis 2006. Si un tel projet aboutissait, que deviendrait l’alliance entre AirBerlin et OneWorld ? Dans le principe, elle pourrait très bien coexister avec ce code-share. Néanmoins, elle amènerait la compagnie allemande à se rapprocher encore un peu plus d'Etihad et par conséquent de s’éloigner des membres de l’alliance aérienne. D’ailleurs James Hogan ne se cache pas de peu y penser «Oneworld est secondaire», a-t-il déclaré.

Au delà de la simple prise de participation dans des compagnies européennes, comme avec Airberlin, Etihad est donc condamnée à avancer. Air France/KLM pourrait ainsi devenir un allié de choix avec un hub parisien et une offre de destinations très complémentaires à celles d'Etihad. Il reste que, si l'idée tient la route sur le papier, dans la réalité les portes d'entrée sont étroites. La compagnie d'Abu Dhabi le sait. Tout comme chez Air France où le plan Transform 2015 se met en place et où l'offre régionale (et européenne) ne débutera que dans quelques mois. Selon la presse du Golfe, Etihad est pour l'heure dans l'impasse à moins d'annoncer très vite de nouvelles collaborations voire de nouvelles acquisitions.