Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Faut-il équiper les avions commerciaux de détecteurs de missiles ?


Beaucoup le pensent, même si personne n'a pu le prouver, les avions d'El Al seraient équipés de détecteurs de missiles couplés à des leurres destinés à les détourner en cas d'attaque. Mais au delà de ce qui peut apparaître normal sur une compagnie d'un pays en état de guerre avec ses voisins, ne l'est pas forcément pour des compagnies régulières de pays, a priori moins directement concernés par le terrorisme.



A en croire le Washington Post, la question se pose désormais aux Etats Unis où le risque d'attentats est considéré comme une réalité permanente par les autorités. Même si personne ne veut l'évoquer, le sujet commence à sensibiliser bien des compagnies aériennes américaines qui se disent intéressées par des systèmes de ce type. D'où viendrait la menace ? De petits groupes terroristes, dont quelques membres ont été arrêtés en Californie, il y a quelques mois et qui aurait passé beaucoup de temps à surveiller les abords des aéroports de Los Angeles et San Francisco. Ajoutez à cela des informations transmises par le Mossad et vous aurez un panorama assez précis des nouveaux risques aériens. La menace est d'autant plus facile à résumer : "Pisque nous ne pouvons plus monter dans les avions, autant les atteindre en vol ou pendant les phases d'atterrissage et de décollage".

Le risque est pris très au sérieux. Il y a quelques jours, des observateurs de l'ONU en Libye se sont inquiétés du trafic d'armes qui s'amplifie dans le pays et aurait pour conséquence le transfert de certaines munitions (dont, paraît-il des missiles) dans les mains d'Aqmi. Preuve que le sujet est sensible, une réunion des responsables de la sécurité aéroportuaire en Europe est programmée avant la fin de l'année. Que pourrait-elle décider de plus que la surveillance accrue des aéroports ? Rien d'autre que des équipements adaptés aux avions. Et sans doute dans le plus grand secret. Et comme on ne prête qu'aux riches, voilà que c'est aussi du côté de train que les terroristes regarderaient. Un nouveau "Madrid" ?
Faut-il y croire ? Personne ne peut répondre à cette question mais ce qui est sur c'est qu'on ne peut pas voyager en ayant constamment la peur au ventre. Sinon, il vaut mieux ne plus le faire.

Marcel Lévy

Lundi 19 Septembre 2011


Notez


1.Posté par Marais-Hayer Paul le 21/09/2011 00:39
Bonsoir,

Comme vous le signalez le sujet est sensible, et encore une fois Déplacements Pros s'aventure, avec courage, dans des sujets aériens qui sortent de l'ordinaire.

Déjà, certains appareils sont équipés de ce genre de contre-mesures, ces appareils sans les cités, sont des avions qui servent en vols commerciaux dans leurs majeures parties du temps mais qui peuvent aussi servir pour les déplacements de Présidents, Rois et autres Princes de pays qui n'ont pas les moyens d'avoir un avion "présidentiel" attribué spécifiquement...

Même si c'est "difficile à prouver" selon certains, il est très facile de remarquer les spécificités qui sont rajoutés aux avions... (trappes, capteurs...etc)

Une fois les leurres lancés, cela demande que l'appareil se dégage très rapidement de la zone d'expulsion des leurres pour ne pas être pris dans les turbulences de l'explosion..
Un avion de ligne ça ne réagit pas aussi vite qu'un chasseur, en poussée ou en "braquage"..


Dans la probabilité d'une attaque Air-Air, il faut en plus du missile disposer d'un avion lanceur... Ce n'est pas donner à "tout le monde" de disposer de ce type d'appareil surtout pour aller s'en prendre à un avion en altitude de croisière....

Si une attaque de ce type devait se produire, il y a nettement plus de probabilité à ce que se soit via Sol-AIr, cela limite donc la phase de lancer durant les départs et les arrivées de l'avion commercial.

Pour conclure, "toujours dans le sensible" qu'en est-il aussi des systèmes "évoqués" de procédures d'auto-destruction de l'appareil en cas d'attaques terroristes au sein même de l'appareil ?

Alors même si l'on accorde beaucoup de "fictions" aux appareils immatriculés 4X, il est quand même bon de rappeler que la compagnie nationale israélienne reste la plus fiable du monde dans le secteur sécuritaire, cela peut paraître pour certains pax totalement exagéré, avec des mesures d'embarquement ultra-strictes, appareils sécurisés "au large" par "leurs services", etc etc.

Le résultat est bien là, avec ou sans contre-mesures, avec ou sans système d'auto-destruction en vol... mais je vous l'accorde, depuis le 11 septembre 2001, il vaut mieux prévenir que guérir !