Le premier quotidien du voyage d'affaires et des déplacements professionnels





Mardi 2 Octobre 2012

Fleet management, le bal des faux culs


Le sujet est complexe, autant sociétal qu’économique, et ne peut se régler en quelques traits de crayon. Adapter le choix d’une voiture de fonction à la position sociale du salarié dans l’entreprise n’a jamais été simple, tant les jalousies et les rancœurs sont nombreuses. Mais au delà des interprétations, on voit naître aux USA des subtilités qui dépassent l’entendement.



Pour exemple, aux Etats Unis une voiture de fonction peut être livrée dans la même gamme, le même style et la même couleur, avec ou sans auto radio, GPS et autres gadgets. Le modèle est le même, seuls les équipements varient. A ce jour, pas moins de 170 variantes chez Chevrolet. Si l’on en croit le principe d’exemplarité qui fait fureur en Europe en ces temps de crise, le chef doit se mettre au niveau de ses salariés pour éviter d'être la cible de toutes les critiques. On imagine le patron de Renault venir en Clio au bureau, lui replié derrière et son chauffeur à l’étroit devant ! Même constat pour le boss américain du groupe Mac Donald qui vient d’adopter le vélo. Regardez bien les mollets du personnel au comptoir des fast food, dans quelques semaines, vous allez être surpris. A ce titre, l’exemplarité fera renoncer la famille Michelin à son jet privé sauf si elle le prête du 1er juillet au 31 août à son personnel … Les exemples ne manquent pas. Il suffit de se promener dans les allées du salon de l’auto à Paris pour constater que ces différences sont parfaitement, et commercialement, prises en compte par les constructeurs du monde entier. Il reste aux Fleet Managers à se débrouiller avec leur dossier d’attribution même si les règles sont établies… Et souvent peu suivies. Peugeot qui vient de faire l’éloge de ses modèles de base, affirme qu’ils sont largement adaptés pour la gestion d’une équipe technique ou commerciale. Rien de superflu, juste un nécessaire bien pensé selon la marque. Verra t-on arriver sur le marché des gammes de voitures d’entreprise spécifiquement construites en fonction du poste occupé par le récipiendaire ? Certainement, dit-on chez nos amis constructeurs asiatiques, persuadés quant à eux que la différence passe par le ressenti plus que par la réalité intrinsèque du produit. L'épaisseur de moquette, peut être ?

Marc Dandreau



Notez


1.Posté par Rick Sailor le 02/10/2012 17:41
Bonjour

Tout cela me semble ubuesque alors que les véhicules de fonction seront taxés lourdement à en croire les projets de loi budgétaires.

Il me semble difficile aujourd'hui de conserver de tels avantages dont la finalité est de réduire l'imposition de l'entreprise !

Rick