Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Fusion Airbus Group/Airbus : il est "prématuré" de parler licenciements


Airbus Group a présenté le 30 septembre 2016 sa nouvelle réorganisation. Il va fusionner avec sa branche d'aviation commerciales et toutes les divisions prendront le nom d'Airbus à compter du 1er janvier 2017. Le président d'Airbus, Fabrice Brégier, a indiqué au Monde que cette opération permettra de supprimer les doublons des fonctions supports. Toutefois il est «prématuré» de parler de licenciements, selon lui.



Airbus Group a indiqué dans un communiqué le 30 septembre 2016 qu'il allait fusionner avec sa branche d'aviation commerciale, Airbus. "Cette nouvelle entité sera dirigée par Tom Enders , en tant que CEO (président exécutif, NDLR)", précise le document. De son côté, Fabrice Brégier prendra, en plus de ses fonctions actuelles de président d'Airbus Commercial Aircraft, celles de directeur des opérations.

Interrogé par Le Monde sur cette réorganisation, il a expliqué "La fusion des deux permet clairement de diriger Airbus au niveau du groupe et de supprimer tous ces doublons des fonctions supports". Fabrice Brégier a ensuite ajouté "La logique est d'étudier, maintenant, dans le détail, dans les deux mois qui viennent, fonction par fonction, ce qui doit être fait pour appliquer ce qui vient d'être décidé, entre autres un seul siège social, à Toulouse". Il a également indiqué qu'Airbus se penchera uniquement sur les fonctions supports. "Les activités opérationnelles d'Airbus ne sont pas touchées évidemment par la fusion de sièges sociaux".

Le directeur des opérations de la nouvelle entité estime également qu'il est «prématuré» de parler de licenciements. «L'objectif, au niveau du groupe, dans chaque restructuration, c'est d'abord de faire en sorte que l'on joue sur la mobilité, sur la solidarité du groupe», a-t-il ajouté. «Si, dan un certain nombre de cas, il y a besoin d'autres mesures, cela sera discuté avec les partenaires sociaux», a-t-il conclu.