Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels

Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Fusion en vue entre EADS et BAE


Le groupe EADS négocie actuellement une éventuelle fusion avec son concurrent britannique BAE système. Le nouvel ensemble pour rivaliser en taille avec Boeing mais le mariage pourrait encore échouer, pour des raisons politiques.



Fusion en vue entre EADS et BAE
Annoncées par l’agence de presse Bloomberg, les discussions entre les deux groupes ont été confirmées mais sont loin d’être achevées. Si elles aboutissaient, elles permettraient la naissance d’un nouveau colosse égal à l’américain Boeing. On parle souvent de la rivalité Airbus/Boeing mais en termes industriels, le jeu est loin d'être égal et si EADS est l'un des premiers groupes de défense en Europe, il n'était que septième mondial en 2008 d'après le Sipri (Stockholm International Peace Research Institute) alors que Boeing est, de loin, le premier groupe aéronautique mondial. C'est surtout dans le domaine de la défense que le nouveau groupe européen pourrait concurrencer le géant américain.
Le nouvel ensemble serait détenu à 60% par les actionnaires d’EADS et à 40% par ceux de BAE. Mais la complexité de l’actionnariat d’EADS ne facilite pas les discussions, et les deux entreprises indiquent en plus devoir discuter avec «une série de gouvernements», étant donné l’aspect «sensible» de leurs activités de défense «aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne, en Arabie saoudite et en Australie entre autres». Les deux parties cherchent une formule permettant de maintenir l’indépendance de BAE au sein du futur groupe, afin de permettre à l’entreprise britannique de continuer de fournir l’armée américaine, selon une des sources interrogées par l’agence Bloomberg sous couvert d’anonymat. Les discussions sont arrivées à un stade avancé, mais ne sont pas finalisées et un échec est encore possible, ajoute l'agence. Les deux groupes se donnent jusqu’au 10 octobre pour annoncer une transaction ou y renoncer.