Future of Travel 2013 : la génération Y, des voyageurs d’affaires pas comme les autres

A son arrivée dans le monde professionnel, la génération Y a bousculé les habitudes des entreprises. La dernière étude d’Egencia et Expedia.com «The Future of Travel» montre que les 18-30 ans ont également des manies différentes de leurs aînés lorsqu’ils sont sur les routes pour un déplacement professionnel.

Future of Travel 2013 : la génération Y, des voyageurs d’affaires pas comme les autres
«The Future of Travel Study» d’Egencia et Expedia.com a interrogé 8535 employés majeurs dans 24 pays entre le 20 août et le 12 septembre 2013 sur leurs habitudes de voyage. Le constat est évident : un voyageur d’affaires de la génération Y n’a pas les mêmes priorités et attentes d’un déplacement professionnel que ses collègues plus âgés. Les collaborateurs de moins de 30 ans sont les plus attentifs aux programmes de fidélisation lorsqu’ils sont sur les routes. En effet, la moitié d’entre eux estiment que c’est un élément important lors de la réservation d’un vol (48 %) ou d’une chambre (51 %). En comparaison, seuls 3 employés de 46/65 ans sur 10 donnent une réponse similaire. Sans surprise, la génération Y qui a grandi entourée d’écrans en tout genre, est la population ayant le plus adopté les services mobiles. 32 % des jeunes réservent leurs voyages d’affaires avec un smartphone et 20 % avec une tablette. Ces taux tombent respectivement à 12 % et 9 % chez les plus de 45 ans. Les moins de 30 ans utilisent également plus facilement les services mobiles pour améliorer leur expérience du voyage.

La génération Y ne se prive pas…
Ils sont plus jeunes et plus endurants. Néanmoins, les voyageurs d’affaires "juniors" aiment profiter du confort et des bonnes choses… avec l’argent de la société. 42 % déclarent qu’ils dépenseront plus dans un restaurant haut de gamme si l’addition est payée avec la carte de l’entreprise plutôt que la leur. Sur cette question, leurs aînés sont plus raisonnables (26 % seulement). Les jeunes américains auraient aussi plus tendance à acheter avec l’argent de l’entreprise des surclassements en First ou Business que les quadra (et plus).
En outre, à travers le monde, les moins de 30 ans sont plus nombreux à ne pas se freiner sur le room-service avec le compte corporate par rapport aux 45 ans et + (37 % versus 21 %).

… voyage plus...
Néanmoins, il faut reconnaître que la génération Y a plus d’opportunités pour faire appel au service d’étage. En moyenne, ils partent 4,7 fois par an pour le travail. Le taux tombe à 3,6 fois pour les 31-45 ans puis regrimpe à 4,2 fois pour les salariés de 46 à 65 ans. La même tendance s’observe sur les voyages Loisir (4,2 déplacements par an pour les moins de 30 ans, 2,9 pour les 31- 45 ans et 3,2 pour les 46-65 ans).
La génération Y mélange également plus facilement Loisir et Business. Ils sont 62 % à avoir prolongé un déplacement professionnel pour faire du tourisme contre 51 % chez les 31-45 ans et 37 % chez les 46-65 ans.
Néanmoins, une part importante des voyageurs d’affaires (39 % tous âges confondus) travaille plus lors d’une mission. Les plus studieux sont les Européens (45 %), suivis par leurs confrères d’Asie-Pacifique (35 %) puis les Nord-américains (32 %).

... et est plus à l’aise avec Internet
Adeptes des nouvelles technologies, les voyageurs d’affaires de moins de 30 ans s’expriment plus facilement sur le net. Ils sont plus nombreux à publier des avis négatifs s’ils n’ont pas été satisfaits par un hôtel, un restaurant, un vol… Mais cette pratique reste encore relativement rare. 67 % des voyageurs à travers le monde n’ont jamais posté de commentaires. Et pourtant : 8 des 18-30 ans sur 10 considèrent ces avis comme «très importants» ou «plutôt importants».
En outre, 67 % des sondés enregistrent certaines données personnelles on-line. Mais, ici aussi, les jeunes voyageurs le font plus facilement que leurs aînés.

Les conditions de voyage des voyageurs d'affaires
Les voyageurs d’affaires sont tous d’accord sur un point. Le plus important lors de la réservation d’un hôtel est le lieu (53 %). Le prix de la chambre est cité en deuxième (44 %) puis ensuite vient le temps de trajet pour la ville en question (42 %). Le wifi en vol n’est pas la priorité principale des professionnels et elle décline plus encore lorsque l'âge de l'employé avance. La majorité des collaborateurs (68 %) reçoivent une compensation (prime ou jours de récupération) s’ils voyagent de nuit ou pendant un week-end. Dans toutes les régions étudiées, les déplacements des 18-30 ans sont les plus susceptibles d'être compensés avec de l’argent ou des jours de vacances supplémentaires (78 %).