Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Halte aux taxes stupides et inutiles !


La France ne connait qu'une seule façon de lutter contre les problèmes qu'elle ne sait pas maîtriser technologiquement : créer une taxe qui fait taire celles et ceux qui luttent contre une situation, jugée pénalisante pour eux. On l'a connu avec la taxe sur les disques durs mise en place il y a quelques années. Les utilisateurs d'un tel matériel, c'est connu, sont tous des pirates



Il y a quelques années, acheter un CDR ou une cassette VHS vierge laissait entendre que vous n'étiez qu'un voleur potentiel du travail des autres. Taxés, un point c'est tout. Que dire de la cascade de taxes qui pèsent sur l'aérien et dont la complexité est telle qu'il est impossible d'obtenir la moindre informations officielle sur le sujet. Pire, il y a de la TVA sur ces taxes. Une taxe pour taxer la taxe ! Il fallait y penser. La dernière idée en date veut s'attaquer à nos tablettes et autres objets multimédias. Et à en croire Pierre Lescure, que je croyais intelligent à la base, "Elle va permettre de financer la culture". Autant de bêtise laisse perplexe. Pourquoi ne pas taxer les livres pour financer l'illettrisme, les serpillères pour améliorer l'hygiène ou les pastilles pour la gorge afin de financer "The Voice" sur TF1. Et comme le disait Boby Lapointe, "Si tous les cons devait payer une dime, pas de doute la France serait un pays riche". Comme nous sommes toujours le con de quelqu'un... L'argent coulerait à flot.

Bruxelles, c'est à dire l'Europe, n'est pas mal non plus. Taxer les compagnies aériennes, c'est à dire vous et moi, pour lutter contre la pollution. Là aussi, c'est malin. La taxe Chirac ou celles mises en place en Angleterre et en Allemagne sur les déplacements ne servent qu'à renflouer tout ou partie des dépenses souvent éloignées de ce à quoi elles étaient destinées. Souvenez vous de la vignette destinée "aux vieux". Les dernières années, moins de 0,1 % étaient consacrés à cette noble cause. Autant le dire, nous ne sommes pas au bout de nos peines. Une fois intégrées, ces taxes sont rarement modifiables. Les annuler ? Impossible car elles sont dépensées avoir d'avoir été encaissées. Le serpent se mord la queue. Au fait, pourquoi ne pas taxer les serpents pour financer la création d'expressions populaires ? J'avoue que les bras m'en tombent.

Hélène Retout

Lundi 13 Mai 2013


Notez


1.Posté par Looker le 14/05/2013 12:48
Mouais, réduire les propositions Lescure à une augmentation des taxes est un raccourci un peu rapide. A mon sens, ce rapport contient enfin des choses intéressantes dans ce qu'on appelle "la révolution Internet".
Ensuite, quel est le but de votre propos mis à part déverser votre colère légèrement poujadiste et traiter d'imbéciles des personnes qui connaissent peut-être mieux que vous le marché de l'audiovisuel ?
En fait madame, que proposez-vous exactement en alternative ?

2.Posté par Hélène Retout le 14/05/2013 13:12
Cher Monsieur,

Je ne remettrais pas en cause vos propos, me contentant de préciser que j'ai fait plus de 15 ans dans la production audiovisuelle.... Que je connais plutôt bien. Quant aux vieilles et classiques visions poujadistes que l'on sort quand un texte, un peu partisan dérange, elles sont éculées et sans intérêt. Enfin, à aucun moment je ne traite qq'un d'imbécile. Méfions-nous des interprétations hâtives.

Taxer pour taxer ne donne aucun réel résultat. 9 millions d'investis par an sur Hadopi pour 1 seule condamnation au pénal ! Car au final les grands projets défendus par la taxe sont vite oubliés. Je ne résume pas le projet Lescure à cette seule taxe mais je condamne le systématisme de la taxation pour répondre à un besoin quelconque. Financer la culture par une taxe sur les smartphones c'est facile. Demander à Google de payer ses impôts et les droits d'auteur associés, monsieur Lescure l'a soigneusement évité. Et pour cause !

Les idées que je donne (taxer les livres pour financer l'illettrisme, les serpillères pour améliorer l'hygiène ou les pastilles pour la gorge afin de financer "The Voice" sur TF1) ne sont finalement pas aussi stupides que je le laisse entendre. La cause est bonne et juste.

Quant à la copie ou au piratage... Mes enfants pour quelques euros par mois s'étaient inscrits sur des sites installés en Ukraine, où ils ne craignaient rien. J'ai mis un terme à cette fantaisie en expliquant ce que "droit d'auteur" voulait dire. Nous en sommes, à DéplacementsPros, les premières victimes?

A force de faire payer le consommateur pour des broutilles à priori, on se rend compte qu'il ne consomme plus et qu'au contraire, il cherchera à contourner les lois. L'équilibre citoyen repose autant sur le bon sens que sur l'analyse des faits. Monsieur Lescure est un grand patron. J'attendais plus novateur que le rapport présenté.

Cordialement
Hélène