Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 20 Mai 2015

Hop!, un pied de nez au train!



« Nous sommes les acteurs du maillage territoriale de la France » a toujours expliqué Lionel Guérin le patron de Hop Air France. Sans entrer en guerre contre la SNCF, sa compagnie cherche au contraire à jouer la carte de la complémentarité avec humour. Son dernier slogan fait mouche : « Prenez le train de vitesse ».



On ne saurait limiter la France jacobine à cinq ou six liaisons entre la capitale et les régions. Si Lyon, Marseille, Strasbourg, Nantes ou Bordeaux sont devenues des banlieues de Paris, il n’en va pas de même pour Tarbes,  Clermont Ferrand ou Strasbourg. Et l’argument des deux heures fait mouche sur 130 destinations dont une grande partie en dehors des routes ferroviaires classiques.

Voilà quelques mois, Lionel Guérin nous expliquait que la complémentarité devait se faire à la fois sur les tarifs mais aussi sur les liaisons transversales. C’est aujourd’hui toute l’idée d’une campagne de communication qui ressemble à un tour de France Marathon pour le patron de l’entreprise. A la clé, un tarif de base : à partir de 49 €. Certes, les conditions d’obtention de ce tarif ne sont pas aussi simples que semble le dire la publicité mais au final, en intégrant la contrainte et en jouant sur les horaires, la promesse est tenue.

Faut-il alors voir une attaque aérienne « aimable » contre le train ? Certainement dit-on discrètement à la SNCF qui n’a pas beaucoup apprécié la méthode. Dans l’entourage de Barbara Dalibard, la Directrice Générale Voyageurs, on se dit un peu surpris d’une «communication un peu simpliste » sur des éléments concrets aussi peu comparables. L'opération Twitter lancée par la compagnie aérienne s'est transformée en confrontation train/avion, reflétant ainsi ce sentiment. Lionel Guérin a compris qu’il y avait un marché à prendre sans pour autant toucher aux tarifs élevés des A/R journée (premier vol – dernier vol). Mais pour les PME/PMI qui contestent les prix élevés de la SNCF, l’opportunité est peut-être dans l’aérien et sans doute dans la gestion de la contrainte et du temps.