Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Hôtellerie : un mois de mai mitigé


L’hôtellerie a enregistré des fréquentations et RevPAR en repli au mois de mai 2017. La baisse des déplacements professionnels en raison des ponts n'a pas été compensé par les séjours loisir. La Côte d’Azur a été la zone la plus marquée par cette tendance, tandis que l’île de France confirme dans l’ensemble son orientation à la hausse.



Un mois de mai mitigé pour l’hôtellerie
Un mois de mai mitigé pour l’hôtellerie
La reprise observée dans le secteur hôtelier d'Île-de-France se confirme au moins de mai. Sur Paris, la fréquentation est en hausse dans les secteurs haut de gamme (+9,9%), milieu de gamme (+4,4%) et Économique (+2,4%) tandis que les prix moyens se stabilisent avec respectivement -0,5%, -0,3% et +0,1%. Seule la catégorie Luxe enregistre des résultats en baisse (taux d’occupation et prix moyen). Les catégories Economique et Milieu de Gamme affichent de très bons taux d’occupation, dépassant la barre des 80% au mois de mai, proche des 80% en cumul depuis le début de l’année.

Le Baromètre InExtenso/Deloitte précise : "Il est bien compliqué de dire dans combien de temps les professionnels de l’hébergement retrouveront les niveaux de performances enregistrées en 2013/2014, notamment en terme de Recette Moyenne par Chambre Louée. En données cumulées de janvier à mai, et en comparaison à 2014, les évolutions de chiffres d’affaires hébergement à Paris intra-muros sont toujours en retrait, -1% sur l’hôtellerie parisienne Haut de gamme, -7% sur l’Économique et Milieu de gamme, et -9% sur le Luxe. Soulignons que depuis deux mois, le retour significatif de la clientèle étrangère d’agrément se fait sentir. Le segment de clientèle d’affaires est également dynamique sur ce deuxième trimestre, malgré les multiples ponts et jours fériés".

Sur la Côte d’Azur, tous les indicateurs sont en retrait sur l’ensemble des segments au mois de mai, excepté le prix moyen sur le segment Luxe. Les RevPAR sont en recul de -6% sur l’hôtellerie Milieu de gamme à -13% sur le segment Super-économique. Les nombreux événements du calendrier événementiel (Grand Prix de Monaco ou Festival de Cannes) ayant lieu tous les ans ne peuvent faire la différence, ils permettent simplement la bonne tenue des prix moyens.

En Régions, l’hôtellerie d’entrée de gamme affiche des RevPAR en repli (-3% sur la catégorie Économique et -4% sur l’hôtellerie Super-économique), s’inscrivant dans une tendance généralisée à l’échelle du territoire. En revanche, et contrairement à l’Île-de-France et à la Côte d’Azur, les catégories supérieures enregistrent des RevPAR en progression avec +8,1% pour le Luxe et +0,2% pour le Haut de gamme. L'étude conclut que ces bonnes performances en Régions sur la catégorie Luxe permettent de limiter la baisse du RevPAR au niveau national.