fdc080474b4521c1a47328b67a8c23be.txt
Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Hôtellerie : les signes de reprise se confirment en janvier


Le bout du tunnel ne semble plus très loin pour l'hôtellerie française. Le baromètre In Extenso Tourisme, Culture et Hôtellerie pour janvier 2017 fait le même constat que les experts de PwC. Les signes d'une reprise de l'activité hôtelière sont bien présents en ce début 2017.



L'hôtellerie française reprend des couleurs à l'exception de la Côte d'Azur
L'hôtellerie française reprend des couleurs à l'exception de la Côte d'Azur
La fréquentation touristique repartie à la hausse depuis fin 2016 se confirme en janvier en province et en Île-de-France. L’hôtellerie française enregistre ainsi au mois de janvier 2017 des RevPAR (revenu moyen par chambre disponible) positifs sur l’ensemble des catégories. Les marchés Milieu et Haut de gamme affichent les plus belles progressions en ce début d’année avec respectivement des RevPAR de +9,8% et +9,5%.

Philippe Gauguier, associé In Extenso TCH, l'assure : "Même si les progressions de performances sont calculées par rapport à un mois de janvier 2016 modeste, cette reprise est un soulagement, annonciateur d’un bon cru 2017".

Dans le détail la région parisienne confirme en ce début d'année la hausse de fréquentation. Elle enregistre aussi une légère augmentation du chiffre d’affaires hébergement sur le segment Milieu de gamme.

La province (hors Côte d’Azur) affiche de belles performances. Son RevPAR, soutenue par la fréquentation (taux d'occupation +19%), a fortement progressé sur les segments Luxe et Haut de Gamme (+15,1% et 10,5%). Les établissements Milieu de Gamme, Eco et Super-éco sortent également leur épingle du jeu avec des RevPAR de +8,5%, +7,1% et 4,3%.

En revanche, la Côte d’Azur est toujours en difficulté en janvier 2017. Tous les segments affichent des taux d’occupations inférieurs à 40%. Des retraits en partie due à l’impact de la saisonnalité assure le baromètre In Extenso Tourisme, Culture et Hôtellerie.