Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 19 Avril 2010

IATA : "décidez sur des faits, pas sur des théories"



Très remontée contre les gouvernements, IATA (Association Internationale des Transporteurs Aériens) demande aux différents états de ne décider que sur des faits et non des théories parfois fumeuses (sans jeu de mots) ! IATA estime que bien des solutions auraient pu être mises en place depuis 48 heures sans forcément aller jusqu'à la fermeture totale des espaces aériens.



Il ne décolère pas, Giovanni Bisignani, directeur général de IATA « Je veux exprimer notre mécontentement sur la façon dont les gouvernements ont géré cette crise. Sans aucune évaluation réelle des risques, aucune consultation, aucune coordination, et pas de leadership européen en la matière. Cette crise coûte aux compagnies aériennes au moins 200 millions de dollars par jour alors que l'économie européenne connaît à ce jour des milliards de dollars de pertes commerciales. Face à ces graves conséquences économiques, il est incroyable que les ministres des transports de l'Europe aient attendu cinq jours pour organiser une téléconférence ". Depuis samedi, Lufthansa et Air Berlin avaient souligné le manque de réalisme "scientifique" des décisions prises par l'Allemagne, la France et la Grande Bretagne. Sans succès

D'autant, et IATA le souligne, "que pour aider les gouvernements à évaluer les risques, les compagnies aériennes ont effectué des vols d'essai avec succès dans plusieurs pays européens. Les résultats n'ont pas montré d'irrégularités ou d'atteinte potentielles à la sécurité. Les compagnies aériennes se sont également déclarées prêtes à explorer diverses mesures opérationnelles permettant de maintenir la sécurité des opérations. Il s'agit notamment de vols de jour, de restrictions aux couloirs de vol précis, d'une procédure adaptée de montée et de descente, sans oublier une inspection précise des moteurs après chaque vol.

L'ampleur des fermetures de l'espace aérien en Europe est sans précédent. "Nous avons vu l'activité volcanique dans de nombreuses régions du monde, mais elle a rarement entraîné des fermetures dans l'espace aérien et jamais à cette échelle. Lors des explosions du mont St. Hélène aux États-Unis en 1980, nous n'avons pas vu de perturbations à grande échelle, parce que les décisions d'ouvrir ou de fermer l'espace aérien ont été gérées en tenant compte des risques réels et sans aucun compromis sur la sécurité ", a poursuivi Giovanni Bisignani, qui a demandé à Eurocontrol de créer un centre d'urgence volcanologique capable de prendre des décisions coordonnées.