Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


IATA : trafic aérien en hausse de 4,6% en novembre 2012


L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic pour novembre 2012, qui indiquent une amélioration de la demande dans les secteurs passagers et fret. Le nombre de voyages aériens était en hausse de 4.6 % par rapport à novembre 2011, et de 2,9 % par rapport à octobre dernier. La capacité voyageurs a augmenté de 3,2 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné un point de pourcentage par rapport à 2011, pour atteindre 77,3 %.



IATA : trafic aérien en hausse de 4,6% en novembre 2012
Le trafic passagers a augmenté de 0,6% en novembre, par rapport à octobre. La majeure partie de cette croissance a été observée sur les marchés intérieurs, en particulier en Chine. «Novembre nous a offert des signes positifs quant à la demande de transport aérien, en particulier dans le secteur du fret. Il serait prématuré d’y voir un tournant permettant aux marchés de fret aérien de rebondir et de reprendre le terrain perdu. Mais si on y ajoute l’évolution économique positive aux États-Unis et l’amélioration de la confiance des milieux d’affaires au cours des derniers mois, tout est en place pour un retour à la croissance en 2013. En 2013 nous anticipons que les volumes de fret devraient augmenter de 1,4 % et le trafic passagers mondial, de 4,5 %», a déclaré Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Le trafic international
La demande dans le secteur passagers internationaux a grimpé de 5,6 % en novembre 2012, par rapport à l’année précédente. Toutefois, l’augmentation mensuelle n’était que de 0,2 %, ce qui indique que la croissance en glissement annuel était plutôt attribuable à la faiblesse de la demande l’an dernier. Néanmoins, les marchés émergents, en particulier, ont continué de bien fonctionner, et la capacité a augmenté de 3,1 % par rapport à 2011. Le coefficient d’occupation était en hausse de 1,8 point de pourcentage, pour atteindre 76,3 %.

- Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont connu la plus forte croissance, avec une augmentation de la demande de 6,2 % en glissement annuel, et de capacité de 2,5 %. Toutefois, une partie de cette hausse reflète probablement les faibles résultats de 2011 attribuables aux inondations en Thaïlande. La hausse de 1,7 % en novembre, par rapport à octobre, pourrait s’expliquer par la volatilité des données, étant donné la longue période de faible croissance depuis le début de 2012. «Les compagnies aériennes de la région ont fait face à une concurrence plus vive sur les marchés long-courriers, et il faudrait une amélioration continue de la croissance mensuelle pour modifier la tendance», explique IATA. Le coefficient d’occupation a augmenté de 2,6 points de pourcentage pour atteindre 75,7 %.

- Les compagnies d’Amérique du Nord ont vu la demande croître de 2,6 % par rapport à novembre 2011, ce qui représente une amélioration par rapport à la faible croissance de 0,2 % observée en octobre où l’ouragan Sandy avait affecté les vols internationaux sur l’Atlantique Nord. «Les transporteurs de la région ont eu des taux de croissance du trafic international parmi les plus faibles tout au long de l’année, mais cela reflète la gestion rigoureuse de la capacité plutôt qu’une faiblesse de la demande», précise l’association. La capacité a augmenté de 0,4 %, faisant augmenter le coefficient d’occupation de 1,6 point de pourcentage pour atteindre 79,6 %, le plus élevé parmi toutes les régions.

- Les Européens ont enregistré une croissance de la demande de 4 % par rapport à novembre 2011, tandis que la capacité augmentait de 0,8 % et que le coefficient d’occupation atteignait 77,8 %, en hausse de 2,3 points de pourcentage. Le trafic a grimpé de 0,5 % par rapport à octobre.

- Les compagnies du Moyen-Orient montrent une hausse de 10,5 % par rapport à novembre 2011, arrivant au deuxième rang parmi les régions, et poursuivant la croissance exceptionnelle observée tout au long de l’année. Toutefois, elle a été surpassée par l’augmentation de capacité de 11,2 %, de sorte que le coefficient d’occupation a diminué de 0,5 point de pourcentage, à 73,5 %.

- Les transporteurs d’Amérique latine affichent une croissance de la demande de 11,0 % par rapport à novembre 2011, la plus forte parmi toutes les régions. «Bien que l’économie d’Amérique latine ait souffert cette année de la crise de la zone euro et du ralentissement de la croissance en Chine, une forte demande intérieure dans plusieurs économies importantes a favorisé le transport aérien», explique IATA. La capacité a augmenté de 9,8 % et le taux d’occupation a augmenté de 0,8 point de pourcentage pour atteindre 76,3 %. Par rapport à octobre, le trafic a augmenté de 2,9 %.

- En Afrique, les compagnies aériennes ont enregistré une croissance de 5,0 % par rapport à 2011, et l’augmentation de capacité a été tenue en échec, à 4,4 %. Le coefficient d’occupation a gagné 0,4 point pour atteindre 64,7 %, mais il demeure le plus faible parmi les régions. Si on compare à octobre, le trafic en Afrique était en hausse de seulement 0,1 %.

Le bilan d'IATA
«La marge bénéficiaire de 1,3 % prévue par l’industrie en 2013 est très faible. De plus, le retour sur l’investissement représente moins de la moitié du coût du capital, ce qui continue d’éroder la valeur des actions. En cette nouvelle année, les gouvernements devraient prendre la résolution d’éliminer les obstacles à la croissance de la connectivité. On pourrait y arriver en s’attaquant aux taxes excessives, au coût élevé des infrastructures et aux réglementations coûteuses, et en améliorant la capacité et l’efficience des aéroports et des services de navigation aérienne. En cela, ils serviraient leurs propres intérêts car le transport aérien supporte la croissance économique et le développement. Le commerce est la clé de la croissance et la connectivité est un facteur essentiel. Et c’est l’aviation qui crée la connectivité», a conclu Tony Tyler.