Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


J'en ai ras-le-bol du politiquement correct


Avez-vous remarqué à quel point l'amélioration du bien être collectif peut vite déraper? Prenons pour exemple les éboueurs. Métier respectable, respecté et indispensable. Lorsque j'étais enfant, ils passaient dans la nuit, à une heure qui faisait le bonheur des cinéastes offrant ainsi, en noir et blanc, l'une des plus belles images urbaines de l'aube. Aujourd'hui, on m'explique qu'il est préférable de dormir la nuit pour travailler le jour. Conséquence, de 7 à 8, quand Paris se met en route, les bennes viennent tranquillement bloquer la circulation des rues et des boulevards. Je bosse moi, Môssieur !



Mais voilà, dire que certains doivent travailler lorsque d'autres dorment est politiquement incorrect. Heureusement que les chirurgiens ou les pompiers n'appliquent pas cette idée à la lettre. Autre exemple, celui des transporteurs et des livreurs. Alors qu'ils disposent à quelques mètres de là d'une place pour s'arrêter, ils viennent systématiquement bloquer la circulation sous le simple prétexte que eux aussi travaillent. Je bosse moi, Môssier ! Les autres, comme moi, attendent impatiemment la prochaine livraison de girafes pour enfin les peigner avec conviction. La récente bataille politique autour des Roms démontre à quel point il est difficile d'exprimer une idée autour d'un sujet sensible et délicat sans passer rapidement pour un extrémiste sans-coeur. Des exemples de ce type, j'en aurais, et vous aussi sans doute, des dizaines.
Mais le plus intéressant est bien celui que nous allons vivre avec la grève de demain, pilotée par les personnels des transports publics qui ne sont pas pour autant concernés par le projet des retraites. Bien sûr, tous expliquent qu'un jour ils pourraient l'être. Une fois affirmée cette vérité, je dois constater qu'il n'y a aucune logique dans les décisions prises par les syndicats de là SNCF, si ce n'est une vague idée politique bien éloignée de l'intérêt collectif. Chacun est libre de ses pensées, de ses idées, et du combat qu'il souhaite mener pour les défendre. Pour autant, s'y opposer est faire preuve d'agression politique là où il n'y a a priori que du bons sens. Il n'est pas politiquement correct de le dire. Et pas plus politiquement correct de le faire !

Hélène Retout

Mardi 21 Septembre 2010


Notez


1.Posté par Martin le 22/09/2010 07:59
Pour l'enlèvement des ordures ménagères le matin dans les axes de circulation principaux, cela n'a absolument rien à voir avec le sommeil des éboueurs mais la volonté délibérée de la Mairie de Paris dans sa névrose obsessionnelle contre les voitures de bloquer le trafic automobile pour dissuader les automobiliste de prendre leur véhicule pour se rendre à leur travail.

2.Posté par josé le 22/09/2010 11:14
malgré tout ce qu'on pourra dire, la voiture doit disparaitre des villes comme Paris.
Le bruit, la place prise par les voitures sur l'espace public, la pollution ne sont plus supportables. Allez visiter Amsterdam et vous verrez comment une capitale peut être agréable à vivre sans voiture, ça fait rêver. Seuls les véhicules professionnels devraient être autorisés dans Paris. Ceci-dit, il est vrai que l'infrastructure n'est pas encore là pour rendre ceci possible : grand parkings à l'entrée de paris, transports en commun renforcés ( et sans grèves SVP ) ...