Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


KingFisher : bientôt la fin... définitive ?


Malgré les efforts de l'homme d'affaires indien Vijay Mallya, Kingfisher pourrait très prochainement fermer ses portes définitivement. La compagnie, qui a perdu sa licence de vol le 31 décembre en raison de ses difficultés sociales et financières, doit maintenant faire face à des créanciers mécontents tandis que l'association IATA envisage de résilier son adhésion.



KingFisher : bientôt la fin... définitive ?
Depuis plusieurs mois, les avions de Kingfisher sont cloués au sol en raison de ses difficultés financières. Cette inactivité a fait perdre sa licence de vol à la compagnie le 31 décembre 2013. Et la situation est loin de s’arranger… La compagnie présente une perte de 7,55 milliards de roupies (105 millions d'euros) pour la période de septembre à décembre tandis que ses dettes auprès des banques, des salariés, des aéroports et des compagnies pétrolières sont estimées à 2,5 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros).
Les établissements bancaires créanciers de l’entreprise ont annoncé le 12 février 2013 qu’ils allaient débuter les procédures de recouvrement. «Nous leur avons donné beaucoup de chances pour revenir avec un plan d'actions positif au sujet de leur programme de redémarrage. Mais ils n’ont pas pu présenter un plan d'action concret», a explique Shyamal Acharya, le directeur-adjoint de la banque nationale indienne et représentant des créanciers à la presse. «Nous n’avons pas de raisons pour donner plus de temps à l’entreprise» a t-il conclu.
Autre mauvaise nouvelle pour le transporteur en difficultés. Selon The Economic Times, l’association aérienne internationale IATA aurait adressé un courrier à la compagnie pour l'informer qu'elle n’accepterait pas le renouvellement de son adhésion le 31 mars prochain si la compagnie ne vole pas. Une échéance bien difficile à tenir pour l’entreprise au vu de sa situation.