Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L'A380 d'Air France se pose à Abidjan et bouscule Corsair


Comme cela avait été annoncé en avril dernier, l'A380 d'Air France a profité du lancement du programme d'hiver pour mettre le cap vers Abidjan. Le gros porteur mène les voyageurs d'affaires en Côte d'Ivoire 3 fois par semaine depuis le 26 octobre 2014. Il s'agit de la première desserte régulière en Afrique Francophone.



Crédit : Lindner / Air France
Crédit : Lindner / Air France
Malgré Ebola et les crises géopolitiques, Air France parie sur l'Afrique et revient en force à Abidjan, comme de nombreux groupes économiques. La Banque africaine de développement a ainsi déplacé son siège de Tunis à Abidjan et la stabilisation du régime incite de nombreux hommes d'affaires à privilégier à nouveau la Côte d'ivoire contre Dakar. «Proposer des vols réguliers en A380 vers l'aéroport Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan constitue pour nous un symbole fort. Il démontre notre volonté d'accompagner l'essor rapide de la Côte d'Ivoire, mais également de toujours proposer le meilleur de nos produits et services vers l'Afrique», souligne d'ailleurs Frank Legré, Directeur général Afrique d'Air France-KLM.

L'A380 d'Air France décolle de Paris CDG à 13h45 les lundi, vendredi et dimanche et se pose à Abidjan à 19h30. Le retour est programmé à 23h10 pour un atterrissage à Roissy à 6h40 le lendemain. Les autres fréquences de cette liaison quotidienne seront assurées par un Boeing 777-300.

Le superjumpo de la compagnie dispose de 516 places réparties sur quatre cabines de voyage. La Première offre 9 sièges. La Business est équipée de 80 fauteuils tandis que la Premium Economy a 38 sièges. La gamme Economy propose 389 sièges. Pour Air France, le positionnement d'un appareil de cette taille vise clairement à bousculer Corsair qui s'est attaquée à l'Afrique avec Abidjan et Dakar. Mais face à un prix plus agressif, Corsair pourrait bien réussir à maintenir ses positions. Seule certitude, la bataille tarifaire ne fait que commencer et AF prendra des risques pour imposer sa ligne.