Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 22 Mars 2012

L’A380 de la Lufthansa interdit de Shanghai pour des raisons de taxes carbones ?





L’A380 de la Lufthansa interdit de Shanghai pour des raisons de taxes carbones ?
Plutôt en colère le patron de la Lufthansa, persuadé que si les droits de trafic pour se poser à Shanghai ont été refusés à sa compagnie, c’est en raison de la bataille entre la Chine et l’Europe à propos des taxes carbones. Pour Christoph Franz, la décision prise par la Chine ne se comprend pas et met en péril l’équilibre du ciel dont les chinois ont besoin pour exporter en Europe. Deux députés allemands veulent qu’Angela Merkel puisse désormais faire pression sur la Chine en bloquant les droits de fret, indispensables aux entreprises asiatiques pour se développer.




1.Posté par Gid Gabriel le 23/03/2012 08:31
il est temps de stopper la tentative de diktat de la Chine a travers le monde . La chine a plus a perdre a ce jeu que l Europe et les autres pays , USA en particulier .
Si l on ne reagit pas aujourd hui , demain il sera trop tard !

2.Posté par Videlier Eric le 26/03/2012 11:17
La Chine exploite le reste du monde, aidée en cela par la faiblesse, pour ne pas dire même la lâcheté, de ceux qui nous gouvernent (états, patronat, et monde de la finance). Voilà enfin une démarche courageuse initiée par l'Europe, et ce n'est pas trop tôt. L'arrogance de la Chine, mais aussi un peu celle des États-Unis et désormais de l'Inde qui cherche à se placer comme nouvelle puissance émergente, se voit soudain égratignée par une Europe politique qui se réveille enfin ; résultat une levée de boucliers, puis de menaces, et maintenant des coups bas chinois pour éviter d'être placée au même niveau que les autres en Europe.
Comme le mentionne M. Gid, il est temps de faire respecter la ligne rouge à la dictature chinoise, et surtout ne pas faire preuve de la moindre faiblesse sur ce dossier, ce qui signifierait une reddition sans condition de l'Europe face à l'égocentrisme chinois, et ruinerait la crédibilité de l'Europe pour longtemps. Des restrictions aux importations chinoises en Europe seraient un gros problème pour la Chine ; vu ce que nous exportons vers la Chine, nous n'avons en comparaison pas grand chose à perdre.
Si nous voulons d'une Europe crédible et forte, c'est le bon moment et la bonne occasion. Le message serait ainsi clair, l'Europe est suffisamment forte pour se faire respecter, y compris par d'autres états clairement impérialistes ; il est temps que cette Europe existe autrement que sur le papier, dans les discours, ou juste la finance.