Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L’A380 pourrait ne pas arriver à l’équilibre en 2015


Depuis plusieurs semaines, les spécialistes s’inquiètent de la période creuse traversée par l’A380, même si Airbus se montrait pour sa part confiant. Pour la première fois, EADS a reconnu qu’il serait difficile pour le programme du gros porteur d’atteindre l’objectif d’équilibre fixé pour 2015, si les commandes n’atteignent pas au moins 30 appareils.



EADS a profité de la publication de ses résultats trimestriels pour évoquer la situation de l’A380. Un avion qui n’a enregistré aucune commande ferme en 2013 jusqu’à présent. Harald Wilhelm, le directeur financier d'EADS, a reconnu que «Cela devient certainement un peu juste de remplir les créneaux pour 2015». Le constructeur qui cherche depuis un an des clients pour plusieurs appareils sortant de ses chaînes d’assemblage en 2015 a prévu de livrer 25 superjumbos cette année, puis «plus de 30» en 2014 et 30 en 2015. «A la fin de cette année, il sera temps de figer l'objectif de production pour 2015», ajoute le directeur financier qui évoque une possible baisse de production. «Trois ou quatre avions de moins ne vont pas changer la situation financière de la société (...) ce ne serait pas un désastre», poursuit-il. Mais il a aussi confirmé que l’équilibre financier sera difficile à atteindre, si des coûts supplémentaires s’ajoutaient sur ce programme déjà onéreux. Il a conclu «Nous maintenons l'objectif d'équilibre en 2015 mais il est basé sur 30 appareils, en dessous de ça ce serait difficile à atteindre». Les objectifs 2013 pourraient, eux, être sauvés in extremis par la commande de 20 A380 par Doric.