Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 23 Juin 2011

L'ADEME passe les véhicules polluants au crible pour un déplacement professionnel plus vert



Pour la 10ème année consécutive, l’ADEME fournit son classement et son palmarès des véhicules les moins émetteurs de dioxyde de carbone (CO2). Cette année encore, la France reste dans le peloton de tête des pays les moins émetteurs avec une moyenne de 130g de CO2 émis au kilomètre, derrière le Portugal (129g de CO2/km).



L'ADEME passe les véhicules polluants au crible pour un déplacement professionnel plus vert
Selon les chiffres publiés par l’ADEME, les lauréats du palmarès des véhicules les moins émetteurs de CO2 présentent comme en 2010 des émissions inférieures à 90g CO2/km. Pour les véhicules diesel, la Smart Fortwo arrive en tête avec 86g CO2/km. Pour les véhicules «essence», ce sont les véhicules hybrides de Toyota Auris et Toyota Prius qui sont aux premières places avec 89g CO2/km.
A l’occasion de cette 10ème édition de son Car Labelling, l’ADEME réalise également un rapide bilan des progrès accomplis. Pour les modèles «essence». Ainsi, en 2002, le véhicule le plus performant émettait 118g CO2/km. En 2010, les émissions sont de 89g CO2/km : une baisse liée en partie à l’arrivée sur le marché des véhicules hybrides. Dans la catégorie diesel, en 2002, un véhicule de 81g CO2/km figurait au palmarès. En 2010, à 86g CO2/km, cette performance n’a toujours pas été égalée et témoigne de la marge de progrès possible.
Selon le rapport de l’ADEME, six constructeurs (contre trois en 2009) ont déjà atteint l’objectif de la réglementation européenne - soit une émission inférieure ou égale à 130g CO2/km - initialement prévu pour 2015 : FIAT avec 122g, suivis de Toyota avec 127g. Renault et PSA arrivent en troisième position avec 129g. La moyenne européenne des émissions de CO2 a baissé de 45g en 15 ans mais surtout de 20g en 5 ans, et de3 g en 2010. La France se situe au 2ème rang avec 130g CO2/km derrière le Portugal.
Selon l'ADEME, le dispositif du bonus/malus, première mesure du Grenelle de l’Environnement a eu un fort impact sur l’évolution du marché et sur les bons résultats de la France en matière d’émission moyenne de dioxyde de carbone (CO2) des véhicules particuliers. La prime à la casse ou « super bonus » dont le dispositif s’est arrêté fin 2010 a également été particulièrement bénéfique sur les résultats des ventes, d'après l'ADEME.