Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L'Acnusa veut un site web capable de suivre le bruit des avions


Les nuisances sonores et les vols de nuit ont été passés au crible par l’Autorité de contrôle des nuisances sonores aéroportuaires (Acnusa). Elle a constaté dans son rapport annuel de grandes carences d’informations envers les riverains. L’agence a donc recommandé que des sites Internet soient mis en ligne prochainement pour communiquer au grand public la trajectoire des avions et la puissance de leurs décibels ou encore la qualité de l’air autour des installations.



L'Acnusa veut un site web capable de suivre le bruit des avions
L’Autorité de contrôle des nuisances sonores aéroportuaires (Acnusa) souhaite que la cartographie des vols et leurs nuisances sonores soient consultables sur Internet par les riverains des aéroports français, comme c’est le cas dans d’autres pays européens. L’agence a fait part de sa demande dans son rapport annuel présenté le 5 mars 2012. «Alors que des gestionnaires d'aéroports européens vont jusqu'à proposer des applications pour les smartphones indiquant à J+2 la configuration du vent, il paraît incongru que les riverains français ne puissent pas, de chez eux, prendre connaissance de la situation, même en différé, qui se déroule au-dessus de leur tête», a-t-elle déclaré. Et en effet, l’accès à l’information pour les gens habitant sous la trajectoire des avions n’est pas évident. Par exemple, s’ils veulent connaitre la qualité de l’air environnant, ils doivent se déplacer soit à l’aéroport soit dans des maisons de l’environnement pour les Franciliens ou parfois dans les mairies. L’organisme réclame donc également la création d’une application sur le web sur cette thématique.
Le bruit reste une préoccupation importante pour le voisinage d’un aéroport surtout concernant les vols de nuit. Constatant que les arrêtés de restriction des activités nocturnes de 2010 sont insuffisants, l’Acnusa demande qu’une réflexion nationale soit engagée au travers d’un groupe de travail réunissant en septembre des élus, des professionnels et des associations.






1.Posté par Jane Charlotte le 06/03/2012 13:46
Excellente idée !!

2.Posté par Garfield le 07/03/2012 10:22
Que l'aviation soit, tout comme le transport routier ou ferroviaire, un facteur de nuisances, n'est un secret pour personne. Les riverains des aéroports, qui pour leur majorité sont venus sciemment habiter dans des zones impactées par l'activité aéroportuaire, cherchent à imposer aux usagers de l'aérien ce qu'ils refuseraient à eux-mêmes lorsqu'ils se déplacent, le silence ; pas un seul riverain d'aéroport n'accepterait de se voir interdire de circuler la nuit dans leur voiture, alors qu'ils sont placés dans le rôle du pollueur sonore au long des routes qu'ils parcourent, n'est-ce pas ?
Que chacun prenne ses responsabilités : celui qui s'installe dans une zone déjà reconnue bruyante doit assumer son choix ! Seuls ceux qui, déjà installés, voient une activité nuisante s'installer à proximité sont de vraies victimes et doivent être considérées.
Dernier rappel, les avions considérés comme les plus silencieux dans les années 1990 (MD-80 par exemple), sont aujourd'hui les plus bruyants. Les taxes anti-bruit ont fait leur effet, ces avions évitent aujourd'hui de desservir les aéroports ayant des taxes anti-bruit dissuasives (Genève, par exemple). Par contre, le bruit des voitures (et surtout le comportement d'automobilistes peu scrupuleux) n'a pas vraiment évolué dans le bon sens...
Tout le monde est, à un moment ou à un autre, générateur de nuisances dans ses déplacements, ne l'oublions pas ; donc, si vous exigez le silence de la part des autres, commencez par vous déplacer vous-même à pied ou à vélo...