Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L'agence américaine de sécurité aérienne se dit "très préoccupée" par les 787 de Boeing


La National Transportation Safety Board ne traite pas à la légère les incidents survenus très récemment sur les Boeing 787, elle a même tenu spécialement une conférence de presse jeudi 24 janvier aux Etats-Unis pour dire sa "préoccupation". Les voyageurs d'affaires ne devraient pas remonter de sitôt à bord des Dreamliners qui devraient rester cloués au sol tout le temps de l'enquête.



L'agence américaine de sécurité aérienne se dit "très préoccupée" par les 787 de Boeing
Les Dreamliners sont en passe de devenir des Nightmareliner pour Boeing : l'autorité américaine de sécurité aérienne juge les derniers incidents de départs de feu sur les batteries "très sérieux" et laisse entendre que l'avion n'est pas près de revoler. "Nous n'en sommes qu'au début de l'enquête" et "il reste encore beaucoup de travail pour comprendre" a expliqué jeudi Deborah Hersman, la présidente de l'agence américaine de sécurité aérienne (NTSB) au cours d'une conférence de presse.

Il y a eu de multiples incidents de rodage qui n'ont pas spécialement alerté l'agence (fuites de carburant, bris de glace, problème de freinage,...) mais ce sont les incidents sur les batteries qui ont déclenché l'alerte générale, après un début d'incendie de batterie sur un 787 de JAL à Boston le 7 janvier, puis un autre au Japon le 16 janvier sur un avion de ANA. "Ces évènements ne devraient pas arriver" car il y a des systèmes de sécurité destinés à empêcher des incendies, "ces systèmes n'ont pas fonctionné et nous devons comprendre pourquoi", a-t-elle insisté, "C'est un événement sans précédent. Nous sommes très préoccupés", a conclu Deborah Hersman, ajoutant "Nous travaillons très dur pour comprendre ce qui s'est passé".

L'agence poursuit des tests et analyses et "évaluait différents scénarios". Les 50 Boeing 787 actuellement en activité dans Le Monde sont immobilisés depuis une semaine et restent cloués au sol tant qu'il n'y aura pas d'explications et, surtout, de solution.