Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L'art contemporain atterrit à Toulouse-Blagnac


Les voyageurs d'affaires toulousains vont pouvoir découvrir l'art comtemporain en attendant leur vol. L’aéroport de Toulouse-Blagnac, le Musée des Abattoirs et la Frac Midi-Pyrénées s’associent pour présenter un espace muséal composé d’une suite d'expositions au sein même de la zone d'embarquement du Hall C, le "Terminal Temporaire".



De g. à dr., lors de l'inauguration de l'espace muséal, Pierre Esplugas (adjoint au maire de Toulouse), Jean-Michel Vernhes (Président du Directoire d'Aéroport Toulouse-Blagnac), Olivier Michelon (conservateur du Musée des Abattoirs) et Dominique Salomon (Vice-Présidente du Conseil Régional Midi-Pyrénées). © Aéroport Toulouse-Blagnac/Zoé Léguevaques
De g. à dr., lors de l'inauguration de l'espace muséal, Pierre Esplugas (adjoint au maire de Toulouse), Jean-Michel Vernhes (Président du Directoire d'Aéroport Toulouse-Blagnac), Olivier Michelon (conservateur du Musée des Abattoirs) et Dominique Salomon (Vice-Présidente du Conseil Régional Midi-Pyrénées). © Aéroport Toulouse-Blagnac/Zoé Léguevaques
Cet espace "hors sol" des Abattoirs, aux couleurs du musée toulousain et inauguré le 29 avril 2015, accueillera tous les six mois, et pendant 3 ans de nouvelles œuvres. L'espace "Terminal Temporaire" regroupe à la fois des travaux historiques et des réalisations de jeunes artistes, mêlant sculpture, peinture, photographie ou encore vidéo. Le communiqué explique qu' «Il s’agit au travers de cette exposition de surprendre les passagers et de susciter des moments d’émotions culturelles fortes».

Dans le cadre de l’épisode # 1 «le départ», les passagers peuvent admirer une des figures de l’art moderne, «Le grand Plan de vol», de Pierre Alechinsky, dessiné sur un support atypique : une carte de navigation aérienne. Ils découvrent aussi les sculptures et empreintes de Philippe Poupet, la singulière image de Géraldine Lay, «Jean Patou», entre fragilités et réalités, ou encore le film de Béatrice Utrilla et Bertrand Arnaud : "je te quitte". Il est aussi possible de voir la grande abstraction à l’huile sur toile de Guillaume Durrieu.