Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


L’homme est-il l’avenir de la femme dans le monde du voyage d'affaires ?


Je ne souhaite pas hurler avec tous les loups qui, le 8 mars prochain, valoriseront pendant 24 heures le rôle de la femme. Depuis des semaines, entre la fameuse «théorie du genre» ou la parité sur les listes électorales, j’ai le désagréable sentiment que les femmes servent de faire valoir à bien des stratégies politiques, éloignées de la finalité d’origine : leur permettre d’accéder sans complexe à toutes les fonctions et charges du privé ou du public.



J’en suis d’autant plus désolé qu’à la lecture des chiffres publiés par l’Institut Mondial d’Etudes Démographiques (INED)… 8 centenaires sur 10 sont des femmes. Autant vous le dire, elles sont plus résistantes que nous les hommes ! Et face aux chiffres, il n’y a rien à faire. Remarquez que dans le voyage d’affaires, les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Certes, toutes ne sont pas à la tête des entreprises (comme Valérie Sasset, patron de BCD) mais beaucoup sont derrière des dirigeants qui, sans elles, seraient comme de beaux bébés oubliés dans un caddie.

Et il faut être une femme, habitué à gérer des enfants (grands ou petits) pour supporter les caprices des voyageurs, leur côté tête en l’air voire même leurs crises de nerf ! Il faut être une femme pour avoir la patience de rappeler que l’on part aux USA avec un passeport valide (c’est arrivé la semaine dernière à un Directeur Commercial d’une société de plus de 5000 personnes) ou encore pour préciser quatre fois de suite que l’avion part de Roissy à un voyageur perdu à Orly. Bref, elles ont une vraie patience d'ange même si leur cause semble perdue d'avance. Comme le disait Mae West, «La seule fois ou une femme peut réellement changer un homme, c’est quand il est bébé» !

Au-delà, je ne crois pas à ces périodes, inscrites dans le calendrier, qui suscitent pendant une journée un intérêt soudain pour les femmes qui nous entourent. Là aussi, je pense à Coluche qui précisait le 8 mars, « Moi je m’intéresse à toutes les femmes 365 jours par an. Ce sont elles qui ne s’intéressent pas à moi ». Pour tous les voyageurs, je n’aurais qu’un seul mot : la logistique se fait rarement seule. Derrière un billet, une réservation hôtelière ou un changement d’horaire, il y a toute une chaîne, masculine ou féminine, qui intervient.

Aussi, le 8 mars regardez votre environnement professionnel différemment et tant qu’à faire recommencez le 9, le 10, le 11, le 12….

Marcel Lévy

Lundi 3 Mars 2014


Notez