Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L'hôtellerie fait grise mine en ce début d'année 2012


Selon le cabinet Deloitte-In Extenso, le ralentissement de la croissance, déjà constaté fin 2011, se confirme en ce début d’année. Seule la catégorie grand luxe à Paris et sur la Côté d’Azur voit son Revenu moyen par chambre disponible (RevPAR) progresser (respectivement 341 € et 92 €). Quelques agglomérations tirent également leur épingle du jeu mais, en moyenne, les performances stagnent et des reculs de RevPAR à deux chiffres sont même enregistrés sur certaines villes. Bonne nouvelle sans doute pour les budgets des entreprises, mais pour l'hôtellerie....



L'hôtellerie fait grise mine en ce début d'année 2012
En province, les hôtels allant du super-économique au milieu de gamme voient leurs recettes hébergements stagner. Les établissements haut de gamme, contrairement aux autres catégories, accusent une dégradation sensible du RevPAR en grande partie due à une chute de la fréquentation. L’humeur est donc à la prudence dans l’hôtellerie. Les perspectives de légère récession sur l’année 2012 (-0,3 % de croissance du PIB sur la zone Euro selon la commission européenne), l’augmentation du chômage, la montée en puissance de produits alternatifs à l’hôtellerie sont autant de facteurs qui pourraient pénaliser la croissance des performances de l’hôtellerie française. Seul l’hôtellerie de grand luxe de Paris et de la Côté d’Azur se distingue par une progression conjuguée du taux d’occupation et de prix moyen. A Paris, ces performances sont d’autant plus satisfaisantes, que la capitale a vu son offre s’étoffer très sensiblement ces deux dernières années. L’analyse des résultats des grandes agglomérations met en avant de grandes disparités selon les destinations. Quelques villes de province affichent des taux de croissance significatifs en ce début d’année. Avignon, Dijon, le Havre enregistrent ainsi sur certaines catégories des croissances de chiffre d’affaires hébergement à deux chiffres. A l’inverse, Lille, Lyon et Montpellier marquent le pas. Ces villes avaient toutefois bénéficié l’année dernière, à la même période, d’une croissance très forte.