Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L'intersyndicale d'Air France écrit à son patron


L’intersyndicale d’Air France écrit à Alexandre de Juniac pour réclamer la négociation d’une plateforme de revendications communes, plateforme qui s’impose comme « le socle de toutes discussions futures avec vous ». Le ton est donné.



L’intersyndicale compte 10 organisations (CGT, Unac, FO, Unsa, SNPNC, CFTC, Sud, SNPNAC, Spaf et SNPL) qui, du personnel au sol aux pilotes, réclament officiellement d’une seule voix. Les revendications ?
  •  Le rééquilibrage du partage d’activité entre la maison mère et les autres entités du groupe, notamment KLM,
  • Arrêt de la sortie des avions existants, et notamment des A340, et fin de la politique d’attrition. « Air France a l’un des taux d’avions en plein prorpiété les plus faibles en Europe, et cela a un coût ».
  • Arrêt de la progression de la sous-traitance, à tous les niveaux, « La sous-traitance est très rarement synonyme d’économies, mais immanquablement porteuse de démotivation et de dégradation de la qualité », écrit l’intersyndicale.
  • Priorité aux investissements dans la maison mère, tant en terme de coques que d’équipements techniques et commerciaux au sol, « Plutôt que dans des structures externes de maintenance ou des projets low cost en Europe »
  • Fin des Plans de départs volontaires. « Cela désorganise l’entreprise, la prive de compétences chèrement acquises et ralentira la montée en gamme au cœur de votre stratégie ».
L’intersyndicale ne précise pas si cette position – en particulier la question sur les PDV – intègre la discussion sur les plans de départs annoncés vendredi dernier pour les personnels au sol et les personnels navigants. Manifestement, les organisations du personnel entendent montrer une position forte et commune. Ira-t-elle au-delà des négociations par catégories de personnel prévues dès ce mois de mars ?
 






1.Posté par FRAIVERT le 02/03/2016 10:56
"Position forte et commune"? Vous oubliez de dire que ni la CFDT, ni la CGC, les 2 syndicats les plus représentatifs à Air France, mais aussi les plus "responsables", n'adhèrent pas du tout aux postures de cette "intersyndicale". Il n'y a qu'à faire un referendum pour couper court à toutes ces âneries corporatistes et valider le seul diagnostic et les seules mesures qui s'imposent. Nous sommes malheureusement, grâce à tous ces traîne-savates, très en retard sur nos principaux concurrents et partenaires, comme KLM ou Delta.

2.Posté par Jc le 02/03/2016 16:44 (depuis mobile)
Quel aveuglement pour des syndicats " normaux" de se laisser manipuler par des syndicats de pilotes " corporatistes" a leur seul benefice : l immobilisme sentencieux !