Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L'optimisme est de mise dans l'aviation d'affaires


L’aviation d’affaires avait rendez-vous à Las Vegas du 15 au 17 octobre 2013. L’optimiste était de mise dans les allées du salon. Après 4 années difficiles, les acteurs du secteur tablent sur une sortie de crise.



Les professionnels de l’aviation d’affaires font le même constat que NetsJet. Le secteur, très touché par la crise, reprend des couleurs : «La sortie de crise est longue, elle est lente. Elle est en train de se faire mais de manière rationnelle», a confié Eric Trappier, PDG du groupe français Dassault Aviation à l’AFP. Le marché de l'aviation privée a perdu 29,2 % entre 2008 et 2012, selon une étude du cabinet américain Teal Group. Avec 672 livraisons de jets privés en 2012, le nombre de livraison a reculé de 48,9 % par rapport au pic de 2008. Au premier semestre 2013, le nombre de livraison a chuté de 4,1% par rapport à la même période de 2012. «Les sociétés sont prudentes. Leurs carnets de commandes se sont remplis de nouveau. L'heure des investissements arrive et l'avion d'affaires en est un. Est-ce que ce sera à la fin de cette année ou l'année prochaine? Difficile de le dire», reconnaît ainsi Eric Trappier.
Yan Derocles, expert aéronautique chez Oddo Securities, explique que «Le frein principal à une véritable reprise du marché de l'aviation d'affaires est l'environnement macro-économique qui reste atone. Et sur les deux années à venir, 2014 et 2015, les économistes n'anticipent pas de fort redécollage». Il ajoute «Il n'y a plus d'annulation de commandes. Le marché s'assainit. Mais la reprise du marché mondial ne se fera pas tant que le marché d'occasion ne sera pas absorbé. C'est une condition sine qua non de la reprise des livraisons d'avions neufs». En outre, le président de l'activité Aviation d'affaires de l'avionneur brésilien Embraer, Ernest Edwards, remarque que la demande pour les avions d'affaires s’est élargie. Les USA, Angleterre, France, Suisse ou Allemagne ne sont plus les uniques et principaux marchés. «L'Asie, le Moyen-Orient et la Russie sont des exemples de régions du monde où la demande pour l'aviation d'affaires s'accroît»