Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 12 Avril 2012

La Belgique a t-elle encore besoin d'une compagnie aérienne ?



La question est directe et a le mérite d'être lucide. Elle est posée par le site en ligne trends.be qui détaille les raisons de cette interrogation. Un papier réussi qui a le mérite de poser les vraies questions et d'analyser un business complexe, celui du transport aérien qui, selon Guy Legrand, directeur adjoint de Trends-Tendances "n'est pas vraiment une activité économique comme les autres".



La Belgique a t-elle encore besoin d'une compagnie aérienne ?
D'emblée, la rédaction du magazine pose la question : " Pourquoi les entrepreneurs du pays ne s’intéressent ils plus au secteur aérien ? Il y a sans doute le niveau de cotisations sociales et des taxes pour le personnel naviguant, qui est 30% plus élevé qu’en Grande-Bretagne ou en Irlande. Mais surtout le secteur s’est concentré. Depuis la libéralisation des années 90’, et après quelques crises et vague de faillites, il n’y a plus guère que des géants : Air France – KLM, AIG (fusion de British Airways et d’Iberia), Lufthansa, qui a repris Swiss, Austrian Airlines et détient 45% de Brussels Airlines, Ryanair et EasyJet sont les deux vainqueurs du marché low cost.

Lire la suite sur Trends.be



1.Posté par Maub. le 13/04/2012 14:52
A moins que la presse n'ait pas vu les choses venir, la question méritait déjà d'être posée au lendemain de la libéralisation du transport en Europe, soit en janvier 1993 et surtout en 1997 pour le cabotage, qui ouvrait la voie à la possibilité pour les entreprises d'organiser des investissements croisés européens dans le secteur, et ce, au nom du principe de la libre circulation des capitaux.Il faut souligner aussi que la dynamique ne s’arrêtera pas là, elle devrait également prendre, avec la conclusion des accords ciel ouvert par l'UE, une nouvelle tournure. Après tout, nous sommes dans un marché unique non?

La SN, si elle reste, comme elle l'a toujours prétendue, spécialiste de l'Afrique, elle devrait toutefois arrivé, si elle augmente ses capacités de séduction envers d'autres alliances et, qui trouveraient en elle un moyen d'élargir leur réseaux sur le continent noir, en agissant comme la longa manus de ces dernières, à doper le hub bruxellois (soit flamand) au grand plaisir de tous car, cela lui permettrait de préserver les emplois dans la région...